Un robot chirurgical ultra performant au CHU

Le robot chirurgical Da Vinci S commercialisé par la société Intuitive Surgical Inc est en fonction depuis le 2 octobre 2006 au bloc opératoire de l'hôpital Archet 2. Le CHU de Nice est le deuxième CHU en Europe à être doté de ce type d'appareil, considéré comme l'instrument à la pointe de la haute technologie chirurgicale.

Le robot chirurgical Da Vinci S commercialisé par la société Intuitive Surgical Inc est en fonction depuis le 2 octobre 2006 au bloc opératoire de l’hôpital Archet 2. Le CHU de Nice est le deuxième CHU en Europe à être doté de ce type d’appareil, considéré comme l’instrument à la pointe de la haute technologie chirurgicale.

Cet appareil représente l’avenir de la chirurgie. Plus de contraintes manuelles, ni visuelles, ce robot offre tous les degrés de liberté. On peut faire tout ce que l’on veut, tourner si nécessaire la main de 360°, rendant dès lors possible des interventions sur des parties du corps jusque-là très difficiles d’accès, sinon impossible à observer ou à atteindre. L’investissement s’élève à 1,7 million d’euros, financé par le Conseil général présidé par Christian Estrosi. La maintenance est prise en charge par le CHU.

La présentation à la presse est déroulée le 6 octobre 2006 en présence de Bernadette Chirac, Présidente de la Fondation des Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France :
Dominique Vian, Préfet des Alpes-Maritimes
Christian Estrosi, Ministre délégué de l’aménagement du territoire, Président du Conseil général 06
Maître Jacques Peyrat, Sénateur-Maire de Nice, Président du Conseil d’Administration du CHU de Nice, Président de la Communauté d’Agglomération Nice Côte d’Azur
Jean-Jacques Romatet, Directeur Général du Centre Hospitalier Universitaire de Nice
Professeur José Santini, Président de la Commission médicale d’établissement CHU de Nice
Professeur Daniel Benchimol, Doyen de la Faculté de Médecine de Nice

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.