Un SAMU-69 new look

Pour répondre aux 1 000 appels quotidiens – voire 2 000 en période d’épidémie, les Hospices Civils de Lyon ont entièrement repensé et redimensionné leur centre 15 : création de 4 zones d’activité (prise d’appels 15, régulation de la permanence des soins, régulation aide médicale d’urgence (AMU), cellule régionale de périnatalité), augmentation de 10 à 26 du nombre de postes, doublement de la superficie passant de 135 à 280 m², isolation phonique répondant aux exigences d'un centre d'écoute moderne.

Pour répondre aux 1 000 appels quotidiens – voire 2 000 en période d’épidémie, les Hospices Civils de Lyon ont entièrement repensé et redimensionné leur centre 15 : création de 4 zones d’activité (prise d’appels 15, régulation de la permanence des soins, régulation aide médicale d’urgence (AMU), cellule régionale de périnatalité), augmentation de 10 à 26 du nombre de postes, doublement de la superficie passant de 135 à 280 m²,  isolation phonique répondant aux exigences d’un centre d’écoute moderne.
A ces aménagements s’ajoute l’achat des outils les plus modernes de télécommunication, radiocommunication, et informatique. De larges écrans affichent en temps réel l’activité téléphonique, notamment le nombre d’appels en attente d’être décrochés et ceux en attente d’être régulés. Ils permettent également de géolocaliser les véhicules SMUR, et de diffuser toutes les informations importantes (fermeture d’axes routiers, services d’urgences saturés …).
Le centre de réception et de régulation des appels (CRRA) en chiffres
1 000 appels / jour sont décrochés au Centre 15, 1 500 les week-ends et jours fériés, voire jusqu’à 2 000 en période épidémique
Plus de 260 000 dossiers de régulation médicale (contre 100 000 en 2000) Soit une activité globale annuelle de l’ordre d’ 1 million de communications (appels entrants + sortants en 2013)
Coût global de l’opération (travaux et équipements) : 1 500 000 €
Une sectorisation des activités pour une efficience renforcée
L’appel au SAMU – Centre 15 est décroché par un assistant de régulation médicale (ARM) qui, placé en première ligne, a reçu une formation spécifique pour la gestion des appels d’urgence. Dans un premier temps, il enregistre les coordonnées de l’appelant, le motif de son appel, et réalise une évaluation initiale du degré d’urgence par un interrogatoire bref, et dirigé, puis il l’oriente vers un des médecins régulateurs de l’aide médicale urgente (AMU), ou de la permanence des soins (PDS). Secondairement, il est chargé d’envoyer les moyens décidés par la régulation (médecin à domicile, ambulance privée, sapeurs pompiers, SMUR…).
La régulation est assurée par des médecins hospitaliers urgentistes pour l’AMU, et par des médecins généralistes pour la PDS, dont l’expérience s’appuie sur une pratique clinique quotidienne de leur spécialité.
Les réponses possibles du médecin régulateur
La notion de régulation médicale suppose une gradation de la réponse apportée par le médecin régulateur, en fonction de la situation. Il peut s’agir :
– de donner un simple conseil médical (44% des cas) éventuellement accompagné d’une prescription médicamenteuse lorsque l’état du patient ne justifie pas une consultation en urgence.
 – d’envoyer un médecin généraliste au domicile (10% des cas) (SOS, médecin de garde, ou éventuellement le médecin traitant), ou d’adresser le patient auprès d’une des six maisons médicales de garde (MMG, dans 15 % des cas), si une consultation médicale est nécessaire.
  – d’envoyer une ambulance privée (16% des cas), pour transporter le patient vers une structure hospitalière publique ou privée.
 – d’envoyer un Véhicule de Secours aux Asphyxiés et aux Victimes (VASV) (6% des cas) des sapeurs pompiers au titre du prompt secours.
 – d’envoyer une équipe médicale de réanimation du SMUR (9% des cas) seule ou en complément
d’un VSAV.
Toujours plus de lien entre le SAMU et le service départemental d’incendie et de secours (ou SDIS) : le "centre commun virtuel"
Conformément au concept de centre d’écoute commun « virtuel », le SAMU – Centre 15 et le Centre de Traitement de l’Alerte – Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours – CTA- CODIS (centre d’appel du 18) du Rhône sont parfaitement interconnectés grâce aux outils et aux moyens techniques partagés (informatique, téléphonique, radiophonique) et disposent ainsi en commun des informations pour répondre dans les plus brefs délais et de la manière la plus adaptée aux appels de la population et des professionnels de santé.

Au sein de la zone d’activité AMU, se trouve le Poste Opérationnel Pompier (POP) occupé par un infirmier. Sa mission est de réceptionner la totalité des bilans secouristes transmis règlementairement par les VSAV (> 65 000/an), pour orienter les patients vers la structure hospitalière publique ou privée la plus adaptée en fonction de la pathologie et de la sectorisation. Parmi ces bilans, ceux qui comportent des signes de gravité sont directement transmis au médecin régulateur de l’aide médicale urgente.
Quand appeler le 18 ?
Incendie, procédure gaz renforcée, désincarcération, intervention en milieu périlleux… les sapeurs-pompiers assurent en plus le secours à personne (SAP), notamment dans les lieux publics ou sur la voie publique. Dans le cadre du prompt secours, ils interviennent également souvent en complément du SMUR pour des motifs de départs réflexes systématiques à l’appel identifiant des situations de détresses vitales avérées ou potentielles. Grâce à un maillage optimal du territoire, les sapeurs-pompiers ont la capacité d’intervenir rapidement pour assurer les premiers gestes de secourisme, avant l’arrivée d’une équipe SMUR, cette dernière étant seule à pouvoir proposer une réanimation complète et performante face à tout type de détresse d’urgence (médicale, chirurgicale, traumatologique, pédiatrique, obstétricale, ou néonatale).
Quand appeler le 15 ?
La spécificité du SAMU – Centre 15 repose sur la plus-value apportée par la régulation médicale, tous les appels sont effectivement régulés par un médecin. Cet acte de régulation médicale aboutit à la prescription du « juste soin » qui se traduit par la réponse la mieux adaptée aux besoins de santé du patient, compte tenu de sa pathologie, de l’organisation en place, des ressources disponibles, du contexte, et des attentes du patient. Il se poursuit par la mise en œuvre de cette prescription, l’assistance aux éventuels intervenants, l’anticipation de chacune des étapes de la prise en charge du patient et son suivi jusqu’à son hospitalisation.
Le SAMU 69 s’est donné les moyens de devenir un service d’excellence dans de nombreux domaines tels que les pathologies cardio-vasculaires aigues (arrêt cardiaque, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, insuffisance cardiaque aigue …), les polytraumatisés, les brûlés graves, les nouveaux nés …
Il bénéfice du développement des réseaux régionaux multidisciplinaires (cardiologie, traumatologie, neurologie, périnatalité…), de l’acquisition de compétences médicales universitaires spécifiques, opérationnelles H24 et de matériels de pointe et d’innovation (monitorage invasif, appareils d’échographie miniaturisés, assistance circulatoire de type contre pulsion aortique, et bientôt circulation extra corporelle…).
Effectif : 6 en semaine, 10 le week-end
L’augmentation du nombre de postes de travail (de 16 à 26) permet d’adapter les effectifs aux besoins, de faire face à une crise par un doublement possible des effectifs et d’anticiper l’avenir.
Poste opérationnel Pompier (POP)
Effectif : 1 infirmier H24 + 1 renfort possible
Permanence des soins
Effectif selon les horaires :
– 1 (nuit) à 3 en semaine
– 1 (nuit) à 5 le week-end
Régulation médicale d’urgence
Effectif : 2 médecins H24
Cellule des transferts périnataux
Effectif : 1 sage-femme H24
+ 1 secrétaire
Cellule centrale de crise HCL activable 24h/24

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.