Un scanner bi-tube : imager le coeur entre deux battements

Première en région Rhône-Alpes : le service de radiologie centrale du CHU de Saint-Etienne vient d'acquérir un scanner bi-tube capable de capturer l'image du coeur plus vite que son battement (83 millisecondes) ; une performance deux fois supérieure à n'importe quel scanner monotube. Grâce à cette avancée technologique, les patients évitent la ponction artérielle ou l'injection de bêta bloquants.

Première en région Rhône-Alpes : le service de radiologie centrale du CHU de Saint-Etienne vient d’acquérir un scanner bi-tube capable de capturer l’image du coeur plus vite que son battement (83 millisecondes) ; une performance deux fois supérieure à n’importe quel scanner monotube. Grâce à cette avancée technologique, les patients évitent la ponction artérielle ou l’injection de bêta bloquants.

Les applications de ce scanner révolutionnaire ne se limitent pas à l‘exploration cardiaque. L’utilisation simultanée de deux tubes à rayons X permet des études en double énergie autorisant la soustraction osseuse même dans les régions anatomiques complexes (ainsi pour explorer un thorax, on supprime les côtes pour se concentrer sur le tissu pulmonaire). Le scanner bi-tube facilite aussi la visualisation des défauts de perfusions pulmonaire, la visualisation des tendons, cartilages et ligaments, la caractérisation des calculs rénaux, la différenciation entre les plaques d’athéromes et le produit de contraste injecté.

Avec cet équipement de haute précision l’imagerie médicale va pouvoir lancer de nouvelles explorations au coeur du réseau vasculaire.

Cout du scanner bi-tube : 1 190 000 € TTC

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.