Un score de prédiction du risque de biopsie rénale développé par les néphrologues à Tours

Au CHRU de Tours, les équipes de néphrologie ont mis au point un score performant pour anticiper le saignement dans le cas d’une biopsie rénale. Une avancée considérable pour les médecins et leurs patients.

Au CHRU de Tours, les équipes de néphrologie ont mis au point un score performant pour anticiper le saignement dans le cas d’une biopsie rénale. Une avancée considérable pour les médecins et leurs patients.
Les patients ayant une maladie rénale ont souvent besoin d’avoir une biopsie rénale afin d’identifier la cause de leur maladie, d’aider à leur prise en charge thérapeutique et fixer un pronostic. Malgré des progrès techniques majeurs, ce geste routinier qui se réalise sous anesthésie locale reste une procédure agressive car il existe un risque de saignement. Ce risque est faible chez l’immense majorité des patients (sang dans les urines ou hématome autour du rein qui a été biopsié chez <1% des patients), mais il peut être très élevé dans certaines circonstances et nécessiter une intervention
en urgence pour faire cesser le saignement.
Malheureusement, tous les facteurs de risque de saignement ne sont pas connus, et jusqu’à récemment, on n’avait pas de score de prédiction du risque de saignement permettant au médecin et au patient de se faire une idée du risque individuel de saignement associé au geste de biopsie rénale.

Mieux anticiper les risques dus à la biopsie

Les choses viennent de changer !  Les chercheurs du CHRU de Tours ont publié un premier travail qui va sans doute modifier la prise en charge des patients. Cette étude portait sur l’ensemble des patients qui ont eu une biopsie rénale en France de 2010 à 2018 (soit plus de 50000 biopsies). Elle a permis d’estimer très précisément le risque réel de saignement (défini par le besoin en transfusion sanguine, un hématome autour du rein biopsié, du sang visible dans les urines voire une intervention pour faire cesser l’hémorragie).
Ce risque est de l’ordre de 5% pour les saignements mineurs, sans conséquences, et de l’ordre de 1% pour les saignements graves. De plus, cette équipe a montré que le risque de saignement était très variable d’une personne à l’autre en fonction de nombreux paramètres à présent mieux identifiés. A partir de ces résultats, un score de risque de saignement a été calculé en fonction de ces paramètres permettant de calculer le risque de saignement majeur avant que le geste de biopsie transcutané ne soit réalisé.
Un deuxième travail qui vient d’être accepté dans une revue internationale montre que ce score est aussi utilisable pour évaluer le risque de saignement pour les biopsies effectuées par voie transjugulaire.

Une amélioration majeure des pratiques autant pour le médecin que pour le patient

Ce score a une importance considérable pour les médecins et pour leurs patients. La réalisation de ce geste nécessite bien sûr l’information la plus claire du patient et l’appréciation du bénéfice et du risque d’effectuer ou ne pas effectuer cette biopsie rénale (risque de méconnaitre la cause de la maladie et impossibilité de la traiter de manière adéquate chez certains patients si on ne fait pas la biopsie rénale ; risque de saignement difficile à estimer si on la fait). Le score publié – et à présent disponible gratuitement sur le site du CHRU de Tours- permet au médecin de se faire une idée
précise du risque de saignement pour chaque patient : en fonction de ce risque, le médecin pourra proposer au patient ce geste ou au contraire y renoncer si le risque attendu est trop élevé ou proposer d’autres techniques diagnostiques. Ce risque calculé pourra être communiqué au patient et les bénéfices et les risques de la biopsie rénale pourront être discutés avec lui sur des bases plus objectives. L’information sera plus complète et favorisera l’alliance thérapeutique basée sur un dialogue médecin/patient fructueux. Une amélioration des pratiques pour le médecin et le patient.
Lien site internet :
https://www.chu-tours.fr/score-de-risque-de-saignement-dune-biopsie-renale/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.