Un second robot chirurgical de dernière génération au CHU de Rennes

Récemment doté d’un second robot de dernière génération (Da Vinci Xi), le CHU de Rennes, premier site français équipé de deux robots en configuration multi-sites, se positionne comme centre de référence en chirurgie mini-invasive robot assistée au niveau européen.
Récemment doté d’un second robot de dernière génération (Da Vinci Xi), le CHU de Rennes, premier site français équipé de deux robots en configuration multi-sites, se positionne comme centre de référence en chirurgie mini-invasive robot assistée au niveau européen. 
Le 12 mars 2018, le Da Vinci Xi, second robot chirurgical de dernière génération, a fait son entrée au CHU de Rennes. Dans un contexte budgétaire contraint, cet investissement constitue un choix essentiel en termes d’amélioration de la qualité des soins et d’innovation dans les prises en charge (moindre douleurs post-opératoires, diminution des durées de séjour), et un signe fort en direction des disciplines chirurgicales qui utilisent ou vont désormais pouvoir bénéficier de la chirurgie robot assistée. Cette acquisition permettra en effet d’élargir les indications des disciplines déjà utilisatrices du robot (urologie, digestif, thoracique, ORL, pédiatrie) et d’étendre cette chirurgie à d’autres spécialités (gynécologie et demain chirurgie cardiaque et vasculaire).
Pour l’établissement, il représente sans conteste une décision stratégique pour le développement de la chirurgie hospitalo-universitaire rennaise, son rayonnement et son attractivité. 

Première en France

Au terme d’un processus collégial et participatif d’instruction des projets médicaux, le choix de la localisation du second robot Da Vinci Xi s’est porté sur le site de Pontchaillou. Celui-ci est désormais ouvert à la chirurgie urologique, digestive, thoracique et ORL, avec la possibilité d’accueillir d’autres spécialités de l’hôpital Sud. Le premier robot Si a, quant à lui, été transféré sur l’hôpital Sud. Après une période de formation des professionnels, les activités de chirurgie robotique pédiatrique et gynécologique y ont déjà démarré avec succès. Cet investissement majeur d’environ 3M€ fait du CHU de Rennes le premier centre hospitalier public français équipé de deux robots chirurgicaux en configuration multi-sites.
Le CHU ne demande aucun supplément au patient qui bénéfice d’une chirurgie robot-assistée, comme c’est déjà le cas sur le Robot Si. Chaque discipline s’engage en revanche à faire avancer la recherche clinique et médico-économique dans le domaine en publiant dans les revues internationales de référence. 

Prolongement de la main du chirurgien, le robot chirurgical permet d’intervenir là où il aurait été impossible au chirurgien de voir et d’accéder. 

Innovations. Par ailleurs, les équipes poursuivent le développement de nouvelles prises en charge innovantes pour répondre au mieux aux besoins des patients. En urologie, certaines néphrectomies sont déjà réalisées en ambulatoire, à moyen terme des prostatectomies pourront l’être également. Dans le domaine du digestif, le passage au modèle Xi permettra d’accomplir de nouvelles opérations comme la chirurgie du rectum, du pancréas, l’oesophagectomie, la coloproctectomie, avec un projet de réalisation des hernies hiatales en ambulatoire. L’ORL jusqu’ici limitée à des « cancers peu profonds » peut désormais l’utiliser pour des atteintes plus importantes. De plus, l’équipement laisse la possibilité d’imaginer à plus long terme le développement la chirurgie robotisée de l’apnée du sommeil. Grâce à lui, la gynécologie va pouvoir développer la chirurgie robotique sur des indications comme la chirurgie du cancer (endomètre, col, ovaire), la promontofixation, l’hystérectomie bénigne ou l’endométriose profonde ; et enfin la chirurgie thoracique à la lobectomie, au wedge avec curage, aux interventions sur tumeur de la plèvre et thymus robot assisté. Le transfert du Robot Si au pôle femme enfant, permet à la chirurgie pédiatrique de procéder aux opérations de Nissen, néphrectomie partielle, interventions sur rate, vésicule et pour le syndrome de la jonction pyelo-ureterale (JPU). 

Enseignement et recherche

Le robot Da Vinci Xi ouvre également de très larges perspectives en matière d’enseignement, de recherche et d’innovation en chirurgie robotique. Pourvu d’une deuxième console, d’un outil de simulation pour la formation et d’une table d’opération asservie, l’équipement fait figure de véritable plate-forme « toutes options » : un atout pour former les jeunes chirurgiens, attirer les meilleurs internes, et fidéliser les praticiens seniors qui favorisent les établissements équipés. Evolutif, le modèle du Da Vinci Xi permettra d’accueillir les nouvelles fonctionnalités développées par l’industriel américain Intuitive Surgical. Sur le plan de la recherche, la plate-forme viendra alimenter les travaux en cours, notamment un programme de recherche du Laboratoire Traitement du Signal et de l’Image (Université de Rennes 1 – INSERM) sur la courbe d’apprentissage du geste chirurgical mené en partenariat étroit avec l’unité MEDILIS, ou encore l’étude PECRoP sur l’évaluation de la performance et de l’efficience de la chirurgie robotique pédiatrique en collaboration avec l’hôpital Necker et le CHU de Toulouse.

Doté de fonctionnalités et d’options n’existant pas sur le modèle Si et les versions intermédiaires, ce second robot élargit le champ des possibles.

Ambition

Le CHU de Rennes franchit ainsi une nouvelle étape dans la construction d’un ambitieux projet de robotique chirurgicale : la mise en place d’une plateforme de chirurgie mini-invasive robotique axée sur 3 volets (clinique, formation et recherche). Cet investissement et son « déploiement partagé » entre disciplines préfigure la gestion mutualisée des équipements structurants au sein du futur « centre chirurgical, interventionnel et de soins critiques commun » qui verra le jour dans quelques années. 

Dates et chiffres clés
2010 / Acquisition du robot chirurgical Da Vinci Si : 2 M€
2017 / Acquisition du robot neurochirurgical ROSA (neurochirurgie) avec module Rachis et O’ARM : 1.2M€
2018 / Acquisition du robot chirurgical Da Vinci Xi : 3 M€ 
2017 / plus de 30 000 interventions chirurgicales et 360 interventions robot assistées en progression de 17% par rapport à 2016 (contre 260 en moyenne sur les autres centres français)
2010-2017 / 2 026 interventions robot assistées
2018 / 795 interventions robot assistées ciblées
 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.