Un spray nasal contre l’overdose en pharmacie hospitalière

Les services d'addictologie de l'hôpital de la Croix Rousse et de l'hôpital Edouard Herriot de Lyon vont pouvoir prescrire aux toxicomanes un antidote en cas d'overdose. Une avancée qui va sauver des vies...
Les services d’addictologie de l’hôpital de la Croix Rousse et de l’hôpital Edouard Herriot de Lyon vont pouvoir prescrire aux toxicomanes un antidote en cas d’overdose. Une avancée qui va sauver des vies
Les "save shot" avaient été évoqués au moment de la mort de Prince… L’idée est de mettre à disposition du toxicomane, le traitement qu’appliquent les équipes de secours lorsqu’elles sont alertées pour une overdose. Soit le patient s’auto-administrera " l’antidote ", soit ce sera son entourage, plus probablement, qui le traitera.
Le Nalscue  est ainsi un traitement d’urgence des overdoses aux opioïdes qui peut être désormais dispensé en pharmacie hospitalière. Il fait pour l’instant l’objet d’une autorisation temporaire d’utilisation (ATU). Mais, une fois l’autorisation de mise sur le marché (AMM) obtenue, le dispositif devrait être largement étendu.
Simple d’utilisation mais un effet temporaire
 " Ce spray nasal, à base de Naloxone est simple d’utilisation mais il ne remplace pas la prise en charge du SAMU et l’hospitalisation car son effet est temporaire ", prévient toutefois le Dr Philippe LACK prescripteur du traitement et chef du Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie de l’hôpital de la Croix Rousse. On estime à 350 le nombre des décès annuels par overdose en France, tous types de dépendance confondus.
En France, 180 000 à 250 000 personnes dépendantes à l’héroïne
En France, 180.000 à 250.000 personnes sont dépendantes à l’héroïne. Parmi elles, 60.000 bénéficient de traitement de substitution à la méthadone et 100.000 à la buprénorphine. On compterait d’autre part entre 2 000 et 4 000 morphinomanes. Auxquels s’ajoute un nombre grandissant de personnes abusant de médicaments opiacés qui peuvent elles aussi faire une overdose… 
Dans la région lyonnaise, on évalue le nombre d’usagers de drogue entre 5 600 et 9 500 ; un grand nombre d’entre eux pourraient, à l’avenir, bénéficier de ce nouveau traitement de réduction des risques d’overdose.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.