Un test de dépistage de l’hépatite C proposé à plus de 2 700 patients

L'hypothèse d'une contamination soignant-soigné conduit le Centre Hospitalier Privé Saint Martin et le CHU de Caen à entreprendre une démarche commune de recherche des personnes potentiellement exposées. Le soignant porteur du virus avait travaillé successivement dans les deux établissements de 1978 à 1998.

L’hypothèse d’une contamination soignant-soigné conduit le Centre Hospitalier Privé Saint Martin et le CHU de Caen à entreprendre une démarche commune de recherche des personnes potentiellement exposées. Le soignant porteur du virus avait travaillé successivement dans les deux établissements de 1978 à 1998.

Un patient opéré en chirurgie cardiaque pour un quadruple pontage au Centre Hospitalier Privé Saint Martin a signalé à la DDASS en février 1997 qu’il avait été diagnostiqué porteur de l’hépatite C, quelques mois après son intervention.

Une enquête approfondie est immédiatement mise en oeuvre par la DDASS du Calvados portant notamment sur l’organisation des soins et l’analyse des pratiques dans les établissements successivement fréquentés par le patient. Début février 1998 sont écartées les causes de contamination liées à des facteurs de risque du patient, à la transfusion de produits sanguins et aux procédures d’hygiène en vigueur dans les établissements et notamment dans le centre hospitalier privé Saint-Martin.

Les autorités sanitaires ont de ce fait envisagé l’hypothèse d’une contamination soignant-soigné et ont proposé à toutes les personnes de l’équipe ayant participé à l’intervention de ce patient de réaliser un test de dépistage de l’hépatite C. Un membre de l’équipe s’est révélé porteur du virus de l’hépatite C.

Cependant, aucun « accident d’exposition au sang » (aucun contact entre le sang du patient et celui du soignant) n’a été relevé pendant l’intervention concernée. Les investigations ont donc été poursuivies et en 1999 le Centre National de Référence des virus des hépatites (Institut Pasteur-INSERM) a été chargé de réaliser une comparaison des virus du soignant et du patient. En septembre 2002, cette comparaison qui repose sur un processus de recherche long et extrêmement complexe, a démontré une forte similitude entre les deux virus.

En février 2003, les résultats de l’enquête ont été remis aux deux établissements.

Après avis des experts et sur recommandation des autorités sanitaires, le Centre Hospitalier Privé Saint Martin et le Centre Hospitalier Universitaire de Caen, ont entrepris une démarche commune de recherche des personnes ayant été potentiellement exposées. Le soignant porteur du virus avait travaillé successivement dans les deux établissements de 1978 à 1998.

Bien que les cas de transmission soignant/soigné de ce virus soient rarissimes, les deux établissements ont pris la décision d’envoyer un courrier personnalisé à près de 2700 patients.
Il s’agit des seuls patients ayant été en contact avec le soignant concerné au cours d’une intervention en chirurgie cardiaque entre le 1er janvier 1978 et le 31 décembre 1988 au CHU de Caen et entre le 1er octobre 1988 et le 31 janvier 1998 au Centre Hospitalier Privé, date à laquelle le soignant a cessé toute activité de soin. Le courrier recommande aux patients d’effectuer par précaution un test de dépistage de l’hépatite C.

Les deux établissements ont chacun mis en place un service d’accueil téléphonique gratuit à l’intention des patients concernés. Ces numéros sont communiqués dans le courrier. Les autorités sanitaires insistent sur le fait que seules les personnes ayant reçu un courrier sont concernées.

Centre Hospitalier Privé Saint Martin
Centre Hospitalier Universitaire de Caen

Contact presse : Guillaume JUBIN
02.31.43.35.28

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.