Une 3ème IRM au CHU, une 5 IRM en Picardie

D’une puissance de 1,5 Tesla, la 3ème IRM du CHU Amiens-Picardie garantit aux patients un accès à l'imagerie high tech dans un délai moyen de 21 jours. Ce nouvel équipement d'un montant de 1 270 000 € était attendu par les personnes souffrant de pathologies neurologiques, cancéreuses, pédiatriques et ostéo-articulaires ou admises en urgence pour un accident vasculaire

D’une puissance de 1,5 Tesla, la 3ème IRM du CHU Amiens-Picardie garantit aux patients un accès à l’imagerie high tech dans un délai moyen de 21 jours. Ce nouvel équipement d’un montant de 1 270 000 € était attendu par les personnes souffrant de pathologies neurologiques, cancéreuses, pédiatriques et ostéo-articulaires ou admises en urgence pour un accident vasculaire
Nécessaire au diagnostic et au suivi des traitements, l’examen IRM est sollicité dans 67% des cas par les praticiens de l’agglomération et consultants de l’établissement. Dans 23 % les demandes  concernent des patients habitant au-delà du département de la Somme.
Centre de référence régional pour l’imagerie médicale, le CHU Amiens-Picardie a réalisé 10 514 IRM (dont 896 pour la pédiatrie) en 2014, soit une augmentation de 17 % en  3 ans.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.