Une activité d’hospitalisation à domicile à Montpellier

Chaque jour, une cinquantaine de patients originaires de Montpellier et de ses environs (30km) bénéficient à la fois de la technicité et de l’expertise du CHRU et du confort de leur domicile où ils reçoivent des soins spécialisés, entourés de leurs proches. Des équipes du CHRU ou des professionnels libéraux viennent chez eux dispenser des traitements complexes.

Chaque jour, une cinquantaine de patients originaires de Montpellier et de ses environs (30km) bénéficient à la fois de la technicité et de l’expertise du CHRU et du confort de leur domicile où ils reçoivent des soins spécialisés, entourés de leurs proches. Des équipes du CHRU ou des professionnels libéraux viennent chez eux dispenser des traitements complexes : pansements délicats, soins palliatifs, suivi de grossesses pathologiques, chimiothérapie et surveillance post‐chimiothérapique, rééducation orthopédique et neurologique, prise en charge de la douleur.
Alternative à l’hospitalisation traditionnelle, l’hospitalisation à domicile (HAD) est plébiscitée par les patients pour sa souplesse et surtout parce qu’elle leur permet d’être pris en charge dans leur environnement quotidien. Côté établissement, l’HAD fluidifie les parcours de soins, tout en garantissant les meilleures suivis en aval. Désirant développer cette offre, le CHRU vient d’inaugurer une structure d’hospitalisation à domicile, placé sous la responsabilité du Pr Isabelle Quere (Pôles Cliniques Médicales) et coordonné par le Dr Jérôme Sirvente. Priorité à la qualité et à l’échange d’information via un dossier médical partagé.
Plus de 1 200 professionnels de santé libéraux en appui
Le CHRU de Montpellier a fait le choix de développer un partenariat élargi avec les professionnels de santé libéraux des communes concernées (médecin traitant, infirmiers libéraux, les kinésithérapeutes…) Avec eux, il organise et coordonne une prise en charge globale, évolutive et qualitative des patients…

L’équipe de l’HAD du CHRU effectue l’évaluation d’entrée au domicile du patient et assure la coordination de la prise en charge. Elle rend régulièrement visite aux malades pour le suivi et l’ajustement des soins. Garante de la qualité de la prise en charge, elle a un rôle de recours en cas difficulté, grâce à une permanence joignable 24h/24 et 7j/7. L’équipe d’hospitalisation à domicile du CHRU réalise elle‐même certains actes notamment pour les grossesses pathologiques où les sages‐femmes du CHRU interviennent.
De leur côté, les professionnels de santé libéraux prodiguent l’ensemble des soins « quotidiens ». Les patients admis en HAD choisissent les professionnels qui viendront à leur domicile. Ils recourent ainsi à des médecins, infirmiers ou aides‐soignants qui les suivent déjà et avec lesquels ils entretiennent une relation de confiance.  Ainsi, le CHRU organise et coordonne une prise en charge globale, évolutive et qualitative des patients en lien avec des intervenants extérieurs que sont le médecin traitant, les infirmiers libéraux, les kinésithérapeutes et autres professionnels de santé libéraux.
Conditions d’admission des patients en HAD
• Etre volontaire
• Habiter dans un rayon de 30 km autour de Montpellier (de Mauguio à Gignac, de Frontignan à Valflaunès, de la Grande‐Motte à St‐Martin de Londres)
• La demande doit être faite par le médecin du service où le patient est hospitalisé ou bien par son médecin traitant en accord avec le médecin coordonnateur de l’HAD.
Une équipe pluridisciplinaire
Autour du médecin coordonnateur, une équipe composée d’un pharmacien référent et d’un préparateur en pharmacie, d’un cadre de santé, d’infirmiers, d’une sagefemme, d’aides‐soignants, d’une diététicienne, d’une secrétaire et d’un livreur.
Pour cette activité, le CHRU de Montpellier a mis en place, dans ses locaux à l’Hôpital Saint‐Eloi, un espace dédié à l’organisation de cette prise en charge qui comporte un bureau médical, une salle polyvalente de réunion et de coordination, une salle de stockage du matériel et des médicaments, un bureau pour le cadre de santé ainsi qu’un secrétariat assurant la régulation des professionnels libéraux.
Pour faciliter les échanges entre professionnels et offrir la meilleure prise en charge possible aux patients, le dossier médical et soignant du patient hospitalisé à domicile vient d’être informatisé. Chaque patient de l’HAD bénéficie ainsi d’un dossier médical du CHRU, qui permet une plus grande clarté des prescriptions pour les professionnels libéraux, mais aussi un lien plus dense avec les autres spécialités du CHRU. Ainsi, l’ensemble de la prise en charge est résumée dans ce dossier, et le patient n’a plus besoin d’avoir avec lui son dossier papier lorsqu’il se rend au CHRU pour une consultation ou une autre hospitalisation.
Par ailleurs, soucieuse de garantir les meilleures conditions de qualité et de sécurité aux patients, l’équipe de l’HAD s’est engagée dans une importante démarche d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins. Ainsi, l’ensemble des protocoles sont formalisés et l’HAD sera soumise, comme l’ensemble des activités du CHRU, à la visite de certification exigeante de la Haute Autorité de Santé en 2015.
Chaque incident ou point d’amélioration possible fait l’objet d’une analyse attentive dans le cadre d’un Comité de Retour d’Expérience (CREX) visant à améliorer encore la qualité des soins proposés. D’un point de vue financier, enfin, les dépenses sont couvertes, comme à l’hôpital, par la Sécurité Sociale et les complémentaires le cas échéant.
Légende photo (de g. à d.) : Philippe Domy (Directeur Général du CHRU Montpellier), Dr Jérôme Sirvente (coordonnateur médical de l’HAD), Pr Olivier Jonquet (Président de la CME), Pr Isabelle QUERE (Chef du pôle Cliniques médicales et responsable de l’HAD), Dr Elisabeth HUBERT (ancien Ministre, Présidente de la Fédération Nationale des Etablissements d’HAD), Christian Bourquin (Président de la Région Languedoc -Roussillon, Sénateur, Président du Conseil de Surveillance du CHRU), Jean-Yves Le Quellec (directeur de l’Offre de Soins et de l’Autonomie, ARS Languedoc-Roussillon).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.