Une appli sport pour ado et jeunes adultes atteints d’un cancer

"Encourager à distance les adolescents et jeunes adultes atteints de cancer, à pratiquer une activité physique pendant ou après les traitements" Tel est le but de l'appli APA@AJA "Activité Physique et Adaptée", sur Web et Smartphone conçu par une équipe grenobloise. APA@AJA a été un projet lauréat du Prix National « Innovation technologique et cancer » de la Fondation Altran, en novembre 2014.

"Encourager à distance les adolescents et jeunes adultes atteints de cancer, à pratiquer une activité physique pendant ou après les traitements" Tel est le but de l’appli APA@AJA "Activité Physique et Adaptée", sur Web et Smartphone conçu par une équipe grenobloiseAPA@AJA a été un projet lauréat du Prix National « Innovation technologique et cancer » de la Fondation Altran, en novembre 2014.
D’après les données de la littérature, un programme d’Activité Physique et Adaptée spécifique (APA) aux adolescents et jeunes adultes (AJA), instauré précocement et proposé dans le cadre d’un suivi à long terme pourrait contribuer à l’amélioration de leur santé.  La pratique d’un programme de mise en forme personnalisé pourrait en effet limiter le déconditionnement physique, optimiser certains paramètres biologiques, améliorer la qualité de vie avec une diminution de la fatigue et de l’anxiété, et favoriser un maintien et/ou le retour à une vie "normale".  Mais comment encourager et motiver ces patients à distance ? L’expérience montre en effet toute la difficulté de suivre les personnes en dehors des périodes d’hospitalisation.
Une application mobile, Web et Smartphone, a donc été conçue pour permettre au professeur en Activité Physique Adaptée d’interagir à distance avec les jeunes et de poursuivre l’accompagnement personnalisé des AJA que ce soit pendant ou après les traitements du cancer.
Depuis novembre 2012 les adolescents et jeunes adultes de l’arc alpin peuvent bénéficier d’un accompagnement global et personnalisé incluant un volet Activité Physique Adaptée (APA). Imaginé en novembre 2013, le développement de l’application APA@AJA a pu être réalisé par le Dr L. Gofti-Laroche et S. Biniek, professeur APA, avec la société ButterflyEffect® à partir d’avril 2014 grâce au soutien financier et rapide du Gefluc Dauphiné Savoie. Après un test entre octobre 2014 et février 2015, l’application a évolué jusqu’à sa dernière version mise en ligne en avril 2015 sur Google Play et Apple Store.

Cette application pourra aussi être utilisée dans le cadre de projets de recherche multicentrique dédiés à l’évaluation des bénéfices cliniques et biologiques  de l’ Activité Physique Adaptée chez les jeunes atteints de cancer et traités par des confrères d’autres spécialités. Pour permettre l’élargissement des indications une version multi administrateurs est en cours de développement et sera livrée en fin d’année 2015, avec le soutien renouvelé du Gefluc Dauphiné Savoie.
Depuis 2009, le Plan Cancer encourage une meilleure prise en compte des spécificités médico-psycho-sociales des Adolescents et Jeunes Adultes atteints de cancer (AJA) afin améliorer la qualité de leurs soins et l’accompagnement de leur vie pendant et après les traitements du cancer.
Grâce au financement de l’Institut Nationale du Cancer (INCa), le CHU de Grenoble a pu créer une unité dédiée composée de médecin, infirmière, assistante sociale, psychologue, chercheur, attaché de recherche clinique, secrétaire médicale et enseignante en APA (3,4 ETP). L’appli APA@AJA est une des réalisations de cette équipe.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.