Une cité hospitalière dédiée à la personne âgée

Alors que se poursuit le grand débat national sur la dépendance voulu par le Président Nicolas Sarkozy, le CHU de Poitiers inaugure le pavillon Aristide Maillol, dernière étape d’une vaste opération de regroupement de toutes les unités de la filière gériatrie en une véritable cité hospitalière dédiée à la personne âgée malade. Composé de 3 pavillons voisins d’une capacité totale de 302 lits, reliés entre eux par un espace central, le pôle gériatrique abrite les unités de médecine, de soins de suite, de soins de longue durée, le plateau d’évaluation ainsi qu’un jardin thérapeutique. A proximité : les équipements médico-techniques de dernière génération acquis par le CHU (IRM, TEP, salle de neuro-radiologie…). Chaque année, 5 000 personnes âgées sont accueillies en tant qu’hospitalisées, résidentes ou consultantes par 430 professionnels dont 12 médecins gériatres. Longtemps considérée comme une discipline mineure, la gériatrie - démographie oblige – a désormais conquis ses lettres de noblesse et figure parmi les axes forts du CHU.

Alors que se poursuit le grand débat national sur la dépendance voulu par le Président Nicolas Sarkozy, le CHU de Poitiers inaugure le pavillon Aristide Maillol, dernière étape d’une vaste opération de regroupement de toutes les unités de la filière gériatrie en une véritable cité hospitalière dédiée à la personne âgée malade. Composé de 3 pavillons voisins d’une capacité totale de 302 lits, reliés entre eux par un espace central, le pôle gériatrique abrite les unités de médecine, de soins de suite, de soins de longue durée, le plateau d’évaluation ainsi qu’un jardin thérapeutique. A proximité : les équipements médico-techniques de dernière génération acquis par le CHU (IRM, TEP, salle de neuro-radiologie…). Chaque année, 5 000 personnes âgées sont accueillies en tant qu’hospitalisées, résidentes ou consultantes par 430 professionnels dont 12 médecins gériatres. Longtemps considérée comme une discipline mineure, la gériatrie – démographie oblige – a désormais conquis ses lettres de noblesse et figure parmi les axes forts du CHU.
Entre intimité et sociabilité, le pavillon Aristide-Maillol, destinés à accueillir des patients en soins de longue durée, offre un bel exemple d’architecture adaptée aux contraintes du grand âge. Les concepteurs, le cabinet Lazo et Mure (Paris) ont mis en valeur les espaces de vie et de rencontres ouverts sur l’extérieur et propices au maintien du lien social, tout sécurisant les lieux habités par une population en perte d’autonomie et aux habitudes de déambulation particulières. Résultat : le pavillon Aristide Maillol ressemble davantage à une résidence «lieu de vie» qu’à un hôpital. Au centre, une «rue intérieure», coeur du pôle gériatrie et point d’entrée unique pour les visiteurs, dessert un ensemble de services (cabinet dentaire, bibliothèque, oratoire…), une salle polyvalente et un restaurant du personnel. Les unités d’hébergement sont regroupées en «maisonnée» de 15 lits chacune. Elles s’organisent autour de la pièce de vie principale, de sa terrasse ou de son jardin. Propice au repos et à l’intimité, l’espace nuit est davantage en retrait. Les 141 chambres individuelles et spacieuse (22 m²) peuvent accueillir un accompagnant, certaines chambres permettant la vie en couple.
Dans ce bâtiment accueillant et lumineux, la course du soleil, le cadre bâti et les espaces extérieurs forment une unité où l’identité de chacun est maintenue et respectée.
Rue centrale du pavillon Aristide Maillol

Rue centrale du pavillon Aristide Maillol

 Le public est invité à découvrir cette nouvelle architecture lors des journées portes ouvertes qui se tiendront les samedi 14 et dimanche 15 mai de 14h00 à 18h00.
Acteur du réseau ville-hôpital du grand Poitiers, aux côtés du centre hospitalier psychiatrique Henri-Laborit, des médecins libéraux et des CCAS de l’agglomération de Poitiers, le pôle gériatrie du CHU de Poitiers joue un rôle d’appel et de recours pour 40 établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes (EHPAD) de l’agglomération poitevine et du département. Il répond à l’évolution des besoins de la population âgée polypathologique, plus nombreuse. En Poitou-Charentes, les personnes âgées de 75 ans et plus représentaient 11% de la population régionale en 2006. C’était déjà 13% de plus par rapport à 1999. Aujourd’hui, 40 % des personnes de plus de 75 ans de la Vienne résident sur l’agglomération de Poitiers. Dans ce même département, sur 6 300 personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, 2 500 sont en institution.
Le CHU de Poitiers poursuit la politique du maintien à domicile par ces consultations spécialisées, par ses relations étroites avec les médecins traitants et par son rôle au sein du réseau.

Les programmes de recherche en gériatrie

Hôpital universitaire, Poitiers remplit une mission de recherche. L’établissement se distingue notamment par les études menées dans le domaine du vieillissement cérébral, de  la maladie d’Alzheimer et de la perception de la vieillesse. Les travaux de l’équipe labellisée EA 3808 sont  coordonnés par le Pr Marc Paccalin. Les  études translationnelles, cliniques et fondamentales portent sur la mort cellulaire, la réaction inflammatoire et le déclin cognitif. Depuis 2009, Poitiers participe au projet hospitalier de recherche clinique national (200 000 euros) : "Déclin cognitif au cours de la maladie d’Alzheimer : valeur prédictive des taux de cytokines inflammatoires". Ce projet multicentrique est mené avec les CHU d’Angers, de Limoges, de Lyon, Nantes, de Paris et de Tours. 
Le centre d’investigation clinique unité INSERM U802 (Pr François Guilhot) réalise des essais thérapeutiques de phases 2 et 3, dans le cadre de la maladie d’Alzheimer. 
Enfin, dans le cadre de l’observatoire du vieillissement, le CHU étudie une cohorte dans la commune de Neuville de Poitou et analyse la perception du vieillissement par les habitants âgés de plus de 55 ans (contrat Plan état- région).

Le pôle gériatrique du CHU de Poitiers : 2 filières et un maillage territorial

Filière sanitaire
• 60 lits de médecine gériatrique
• 101 lits de soins de suite et réadaptation (SSR)
• Hôpital de jour
• Consultations de gériatrie
• Consultations spécialisées (chutes, plaies, onco-gériatrie)
• Equipe mobile gériatrique intra et extra-hospitalière
• 141 lits de soins de longue durée spécialisés
Filière Alzheimer (en collaboration avec la neurologie et la psychiatrie)
• Consultations mémoire
• Centre mémoire ressources et recherche régional (CM2R)
• 12 lits d’unité cognitivo-comportementale (en SSR)
• 30 lits d’hébergement renforcé en SLD

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Simuler un attentat ou une tempête pour préparer aux situations d’urgence 

Après l’impressionnant déploiement du “Shelter”, hôpital mobile du CHU de Toulouse, ce fut au tour du projet “SENS” d’être présenté lors de la dernière édition de SantExpo. SENS, ou autrement dit un centre de simulation environnementale et neurosensorielle de 140 m2, ayant la capacité de recréer diverses situations extrêmes pour préparer au mieux les professionnels de l’urgence à des crises majeures. Un projet attendu sur le site de l’hôpital Purpan en 2024.

A Santexpo, des CHU de France en transition(s)

Pour la deuxième année consécutive, les 32 CHU ont affiché leur unité à l’occasion de Santexpo, salon qui a réuni du 23 au 25 mai l’écosystème de la santé. S’il est difficile d’évaluer les retombées réelles pour les établissements, ce rassemblement sur deux stands et une même bannière (CHU de France) aura eu le mérite de faire valoir un certain nombre de thèmes, dont les transitions numérique, écologique ou sociale au sein de l’hôpital. A défaut d’énumérer tout ce que nos caméras ont pu capter d’échanges sur ces trois jours, la rédaction vous propose de revivre dix temps forts.

Vincent Vuiblet : “L’IA va profondément modifier l’ensemble des fonctions hospitalières.” 

Connaissance des maladies, aide aux diagnostics, dépistage précoce, prise en charge des patients, prédiction de l’efficacité des traitements ou encore suivi des épidémies… dans la santé comme dans d’autres domaines, l’Intelligence artificielle est promise partout. Si les perspectives semblent vertigineuses, difficile de saisir ce que cette évolution technologique, que certains appréhendent comme une “révolution”, implique réellement. A l’occasion de SantExpo, nous avons interrogé Vincent Vuiblet, Professeur de médecine au CHU de Reims et directeur de l’Institut d’Intelligence Artificielle en Santé Champagne Ardenne depuis 2020, sur ce sujet particulièrement d’actualité. L’occasion pour lui de nous éclairer, de balayer aussi un certain nombre d’idées reçues et de fantasmes.

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.