Une convention pour améliorer la prise en charge des personnes âgées

Le mardi 29 mai 2007, l'hôpital Dupuytren accueillait le GIP GIEG (Groupement Inter Etablissements Gériatriques) et les EHPAD (Etablissements d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) d'Ambazac, Couzeix, Nieul, Pierre-Buffière, St Germain-les-Belles et Panazol, pour la signature d'une convention tripartite avec le CHU de Limoges. Un accord qui optimisera la prise en charge des patients de ces établissements au CHU et leur retour dans leur établissement d'origine à leur sortie de l‘hôpital.

Le mardi 29 mai 2007, l’hôpital Dupuytren accueillait le GIP GIEG (Groupement Inter Etablissements Gériatriques) et les EHPAD (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) d’Ambazac, Couzeix, Nieul, Pierre-Buffière, St Germain-les-Belles et Panazol, pour la signature d’une convention tripartite avec le CHU de Limoges. Un accord qui optimisera la prise en charge des patients de ces établissements au CHU et leur retour dans leur établissement d’origine à leur sortie de l‘hôpital.

Au lendemain de la journée de solidarité pour les personnes âgées et handicapées, le CHU de Limoges et 6 EHPAD ont signé et présenté une convention de collaboration dont l’objectif est triple :

– éviter aux personnes âgées des EHPAD signataires, en cas de transfert sur le CHU de Limoges, de transiter par le service des urgences, et leur assurer une prise en charge immédiate par l’Unité de Recours et de Soins Gériatrique ;

– supprimer les hospitalisations inadaptées en urgence dépassée et favoriser les hospitalisations personnalisées, ciblées, de courte durée, avec un retour prévu au sein de l’établissement d’origine ;
– permettre aux personnes âgées, suite à une hospitalisation au CHU, d’être prises en charge dans un établissement proche de leur domicile d’origine.

Il s’agit donc bien de proposer un accès préférentiel pour les résidents des EHPAD à différents services du CHU, comme l’hôpital de jour diagnostic ou les consultations de spécialités (délais d’attentes écourtés, examens complémentaires regroupés pour un même patient), pour proposer un retour de la personne âgée au sein de son établissement d’origine lorsque son état de santé ne nécessite plus de soins techniques et continus.

Dans le cas où l’aggravation de l’état de santé du résident ne permet pas son retour dans l’EHPAD, celui-ci s’engage après avis du médecin coordonnateur, à accueillir de manière préférentielle un autre patient provenant d’un service de court ou moyen séjour du CHU, et originaire du canton de l’EHPAD ou de sa périphérie proche. Trois lits sont réservés à cet effet.

Enfin, lorsque l’établissement sollicité n’est pas en mesure de répondre à une demande d’admission émanant du CHU, le GIP-GIEG est saisi et se charge de rechercher une possibilité auprès de ses établissements adhérents.

L’Unité de Recours et de Soins Gériatrique (URSG) du CHU de Limoges

Le service de soins de suite gériatriques, situé à l’hôpital Dr Chastaingt, dispose de 5 lits destinés à l’accueil des patients provenant d’EHPAD et nécessitant une surveillance paramédicale constante suite à une pathologie aigue. Il s’agit d’une hospitalisation de courte durée avec un engagement de l’EHPAD demandeur à re-héberger le résident – patient.

Elle a pour mission de :
– prendre le relais des équipes de soins médico-sociales
– limiter les complications des pathologies aigues
– éviter les hospitalisations indues à l’urgence et en urgence
– favoriser le maintien en institution (substitut de domicile).

Structure extrêmement novatrice, elle est construite autour d’une équipe gériatrique experte, rompue aux intervention sur le terrain.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.