Une dynamique d’avenir pour le CHU de Grenoble

Le programme de restructuration de grande ampleur de l’hôpital Michallon, principal site d’hospitalisation du CHU de Grenoble vient d'être validé par le COPERMO. Les travaux, d’un montant total de 180 millions d’euros, s’étendront de 2016 à 2022.

Le Comité Interministériel de Performance et de la Modernisation de l’Offre de Soins (COPERMO)a validé le dossier de restructuration de grande ampleur de l’hôpital Michallon, principal site d’hospitalisation de l’établissement. Ce projet avait été déposé en 2014, avec le soutien fort de l’Agence Régionale de la Santé Rhône-Alpes. Les travaux, d’un montant total  de 180 millions d’euros, s’étendront de 2016 à 2022.
L’accord obtenu pour cette opération d’investissement majeure est le fruit du travail de nombreuses équipes depuis plusieurs années. Il résulte aussi des efforts de restructuration et d ‘amélioration de la performance du CHU, qui ont permis à l ‘établissement de revenir à l ‘équilibre financier.

Le projet consiste en plusieurs éléments de rénovation majeurs : la modernisation des salles opératoires de l’hôpital Michallon ; la construction d’un nouveau bâtiment appelé Nouveau Plateau Technique, regroupant de nouvelles urgences, l’ensemble  des réanimations et des soins continus ainsi qu’un héliport en toiture ; la rénovation des halls d’accueil avec la création d’un espace dédié aux consultations à fort flux et la fin des travaux  de mise aux normes.
Cette restructuration-modernisation permettra au CHU de Grenoble de jouer pleinement son rôle d’établissement de recours et de référence, dans  des conditions optimales d‘accueil des patients et de leurs familles et de travail  pour les professionnels. Ces projets architecturaux sont pensés dans une  logique de parcours patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.