Une équipe de pharmacologie labellisée INSERM

Le CHU de Limoges reçoit pour la première fois la labellisation Inserm pour une de ses équipes. Ce très label très prisé et valable 4 ans, a été décerné à l'équipe hospitalo-universitaire de pharmacologie conduite par le Professeur Pierre Marquet pour son projet de recherche sur les immunosuppresseurs en transplantation. Une distinction qui ouvre d'autres perspectives très intéressantes pour le CHU de Limoges et ses unités de recherche.

Le CHU de Limoges reçoit pour la première fois la labellisation Inserm pour une de ses équipes. Ce très label très prisé et valable 4 ans, a été décerné à l’équipe hospitalo-universitaire de pharmacologie conduite par le Professeur Pierre Marquet pour son projet de recherche sur les immunosuppresseurs en transplantation. Une distinction qui ouvre d’autres perspectives très intéressantes pour le CHU de Limoges et ses unités de recherche.

9 mois, c’est donc le temps écoulé entre le dépôt du dossier déposé par le CHU et l’Université de Limoges et l’annonce de la naissance de sa première équipe Inserm.

Au mois d’octobre 2005, le Professeur Pierre Marquet, avec le soutien actif de l’ensemble des autorités locales, envoie le dossier à l’instruction de l’Inserm, cochant le 12 juin de l’année suivante sur son agenda. A cette date, l’interclassement de l’Inserm faisant état de sa nouvelle promotion sera publié sur le site web. Concourant dans la catégorie dite « monothématique UNIT-M », le projet de recherche sur les immunosuppresseurs en transplantation de l’équipe pharmacologique finira donc 2ème ex-aequo sur les 13 projets présentés dans sa catégorie. Une remarquable performance validant la pertinence du projet médical présenté par les 17 membres de l’équipe et récompensant le soutien des autorités médicales et institutionnelles tout au long du processus de candidature.

Immunosuppresseurs et individualisation thérapeutique
Prescrits lors de transplantations d’organes, les immunosuppresseurs permettent de prévenir de réactions immunologiques trop importantes débouchant sur le rejet de greffons. En définissant les critères d’efficacité ou de toxicité des traitements et en mettant au point des outils d’individualisation thérapeutique, l’équipe du CHU de Limoges optimise la prescription des médicaments immunosuppresseurs pour en améliorer l’efficience.

Une reconnaissance et des perspectives
A partir du 1er janvier 2007, l’équipe portera officiellement l’estampille Inserm. Au-delà de l’aide financière, cette reconnaissance va aussi renforcer la confiance de ses autres partenaires, financiers et scientifiques. Les perspectives liées à cette récompense ne se limitent pas à la seule équipe primée. Elles s’étendent à l’ensemble de la recherche médicale du CHU de Limoges.

Un succès qui en appelle d’autres
« On travaille mieux ensemble lorsque l’on se connaît déjà ! » La communauté médicale limougeaude voit en ce nouveau statut le début d’une collaboration suivie avec l’Inserm. Elle peut désormais postuler aux appels d’offres Inserm (pour le financement, les créations de postes…) et se prépare à obtenir la labellisation par l’Inserm d’un «centre d’investigation clinique (CIC) ».

L’équipe de pharmacologie de Limoges était déjà reconnue pour ses travaux et réalisations liés à la transplantation, comme en témoigne le succès du site internet ABIS (accessible depuis le site www.chu-limoges.fr) qu’elle anime depuis un peu plus d’un an (plus de 24 centres français et belges de transplantations inscrits, pour plus de 1300 demandes d’individualisation thérapeutique).

Avec cette labellisation Inserm qualifiée d’historique, le CHU de Limoges illustre bien sa double vocation hospitalo-universitaire et renforce sa reconnaissance dans le secteur de la recherche.

Le CHU de Limoges présente une capacité totale d’accueil de 2049 lits et places, répartis sur 4 établissements : l’hôpital Dupuytren, l’hôpital Rebeyrol, l’hôpital Chastaingt, et l’hôpital du Cluzeau. Un hôpital de la Mère et de l’Enfant complétera ce dispositif d’accueil à partir de janvier 2007.
L’ensemble des spécialités médicales et chirurgicales courantes et spécialisées sont regroupées en 14 pôles d’activité. Le CHU de Limoges accueille en moyenne 1559 patients par jour, et disposait en 2005 d’un budget d’investissements de 47 millions d’euros; et d’un budget d’exploitation de 343 millions d’euros.
Cette activité hospitalière s’enrichit aussi d’une mission universitaire exercée par ses 7 écoles.

L’INSERM ,Institut national de la santé et de la recherche médicale, s’appuie sur une évaluation scientifique nationale et comparative par les pairs. Recruter et promouvoir les meilleurs chercheurs, favoriser l’émergence de nouveaux groupes, identifier et soutenir les meilleures équipes sont les missions essentielles des instances d’évaluation. Qualité de l’expertise, objectivité, transparence et impartialité en sont les fondeme

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.