Une équipe mobile de pharmacie en chirurgie : éviter erreurs, interactions, oublis…

En chirurgie orthopédique, des pharmaciens apportent leur expertise à l’équipe pour les prescriptions de chaque patient : unanimement reconnue bénéfique, l’expérimentation sera élargie.

En chirurgie orthopédique, des pharmaciens apportent leur expertise à l’équipe pour les prescriptions de chaque patient : unanimement reconnue bénéfique, l’expérimentation sera élargie.
Depuis début 2015, une équipe mobile de pharmacie intervient dans le service de chirurgie orthopédique (84 lits) de l’hôtel-Dieu : « Mandaté pour sa mise en place, j’ai effectué une étude de faisabilité en me basant sur l’expérience de plusieurs CHU, notamment celui de Nîmes, explique le Dr Erwan Corbineau, pharmacien. Puis nous avons lancé l’expérimentation dans le service de chirurgie orthopédique. »
L’équipe consacre les matinées aux patients non programmés arrivés la nuit ou le week-end précédents, et l’après-midi aux patients programmés : « Pour ces derniers, nous intervenons en amont. Dans la semaine précédant leur hospitalisation, nous contactons leur médecin traitant ou leur pharmacien habituel afin d’établir une liste exhaustive de leurs traitements en cours. Nous rencontrons chaque patient (300 par mois) à son arrivée pour vérifier que rien n’a changé dans l’intervalle, ceci avant que le médecin anesthésiste prescrive le traitement habituel du patient sur la feuille de prescription et d’administration médicamenteuse (FPAM). Le lundi, nous participons au staff infectieux. » Nombres d’interactions, erreurs de dosage et oublis ont ainsi pu être évités, pour la plupart à gravité potentielle mineure, mais à conséquences possiblement sérieuses dans 20 % des cas.
Après un an d’expérimentation, le bilan est largement positif : 26 % des patients concernés, dont une majorité de personnes âgées, ont bénéficié d’au moins une intervention pharmaceutique, dont 98 % ont été acceptées par le prescripteur. 50 % d’entre elles correspondaient à des indications non traitées. Côté soignants, une enquête de satisfaction affiche une appréciation unanime de la présence de
l’équipe mobile.

Enfin, en engendrant une diminution significative des dépenses de médicaments dans le service, la vigilance des pharmaciens a permis d’autofinancer le fonctionnement de cette équipe innovante.
L’équipe est composée d’un pharmacien assistant, d’un interne, de deux externes et d’un préparateur en pharmacie. Leur champ d’action sera étendu d’ici la fin de l’année aux services de chirurgie digestive et d’urologie de l’hôtel-Dieu.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.