Une équipe mobile psychiatrie – précarité EMPP

A Nice, une Equipe Mobile assure la prise en charge des personnes en situation de précarité et d'exclusion lorsque celles-ci présentent une pathologie psychiatrique préexistante, une décompensation ou une symptomatologie réactionnelle à la précarité.

A Nice, une Equipe Mobile assure la prise en charge des personnes en situation de précarité et d’exclusion lorsque celles-ci présentent une pathologie psychiatrique préexistante, une décompensation ou une symptomatologie réactionnelle à la précarité.
L’équipe mobile psychiatrie – précarité (EMPP) raccourcit le délai d’évaluation et de traitement de ces personnes. Par un lien social étroit déployé au plus près des patients précaires, l’EMPP apporte des réponses rapides de proximité en s’appuyant sur analyse conjointe des situations avec les professionnels du secteur et  une concertation avec les équipes concernées. Elle évite une aggravation de l’état de ces patients ou des errances thérapeutiques;
Ses interventions peuvent se situer soit au Centre communal d’action sociale (CCAS) de la ville de Nice qui a passé une convention avec le CHU, soit dans l’une des associations prenant en charge des personnes en situation de précarité, soit dans la rue en coordination avec le Samu Social ou bien à la Policlinique de l’hôpital Saint Roch où une consultation EMPP est ouverte.
L’EMPP soutient aussi les membres les professionnels en première ligne, ceux du CCAS et ceux des associations, soumis à de fortes tensions psychiques.

L’équipe mobile psychiatrie – précarité (EMPP) : données repères
Expertise de l’EMPP : analyse des demandes et des pratiques, supervision des filières, dépistage précoce des pathologies psychiques ou psychosociales afin de prévenir chez les personnes en situation de précarité la survenue d’une décompensation dont les manifestations peuvent aller du repli sur soi autistique à la plus grande violence auto ou hétéro agressive.

Placée sous la responsabilité du Dr Patrick Martinez  l’EMPP est coordonnée par leDr Frédéric Jove. Lors du dernier semestre 2012, l’EMPP a traité des patients de tout âge à Nice. Elle a effectué  plus de 400 entretiens psychiatriques  et plus de 1 300 actes mais les besoins sont bien supérieurs.
A noter que les urgences psychiatriques sont toujours assurées par le Centre d’Accueil Psychiatrique et les soins de droit commun. Quant au suivi, il relève des Centres Médico-Psychologiques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.