Télésurveillance à domicile des personnes âgées : une étude pilote en Europe

Le CHU de Limoges participe au projet Icare. Unique en Europe, ce projet de recherche pilote évalue l’efficacité de la télésurveillance médicale à domicile des personnes âgées souffrant de maladies chroniques. 536 volontaires sont recherchés...
Le CHU de Limoges participe au projet Icare. Unique en Europe, ce projet de recherche pilote évalue l’efficacité de la télésurveillance médicale à domicile des personnes âgées souffrant de maladies chroniques. 536 volontaires sont recherchés…
Prévenir la perte d’autonomie
Valider scientifiquement les apports bénéfiques, sur les plans de la santé, médico-social, économique et organisationnel, d’une combinaison de technologies pour le suivi médical des patients, depuis leur domicile. L’objectif : démontrer que la surveillance à distance des maladies chroniques des patients âgés évite une décompensation (rupture de l’équilibre) et des hospitalisations non programmées. 
L’étude est menée sur une période de 12 mois, auprès de 500 personnes âgées volontaires. Parmi elles, certaines bénéficieront d’une télésurveillance à l’aide de capteurs biométriques installés à leur domicile. Ces capteurs (non portés) surveillent des constantes, telles que la tension, la glycémie, le poids, le taux d’oxygénation du sang ou la température. Un boîtier transmettra quotidiennement et de façon sécurisée ces données simultanément au médecin traitant et à l’infirmière libérale qui suivent habituellement le patient, mais aussi, au médecin gériatre expert du CHU. 
Pour mener à bien cette étude, le CHU recherche 536 volontaires. Conditions à remplir : ils ou elles doivent avoir plus de 65 ans, habiter le Limousin ou le département du Loir et Cher et vivre avec au moins deux maladies chroniques. 
Les personnes intéressées sont invitées à contacter l’équipe du Pr Dantoine en charge du projet : href= »mailto:icare@chu-limoges.fr » – 05 55 05 89 42
Programme des Investissements d’Avenir
Le projet Icare est soutenu financièrement dans le cadre du programme des Investissements d’Avenir, à travers l’appel à projet e-santé 2 : «  Développement  de Services Numériques pour la Santé et l’Autonomie ». En soutenant ces recherches, l’Etat prépare la France aux défis du monde de demain.
Contact presse : Maïté Belacel
chargée de communication 
05 55 05 63 51 – href= »mailto:maite.belacel@chu-limoges.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.