Une filière institutionnalisée pour les enfants handicapés

« Conjuguer proximité et expertise en une filière de soins accueillant des enfants souffrant de désordres moteurs et cognitifs » tel est l'enjeu de la convention cadre signée le 13 janvier 2010 entre le CHU de Nîmes et l'Institut Saint Pierre de Palavas-les-flots. L'accord entérine les collaborations développées par les équipes médicales autour des consultations et des recherches en Médecine Physique et Réadaptation et Pédiatrie.

« Conjuguer proximité et expertise en une filière de soins accueillant des enfants souffrant de désordres moteurs et cognitifs » tel est l’enjeu de la convention cadre signée le 13 janvier 2010 entre le CHU de Nîmes et l’Institut Saint Pierre de Palavas-les-flots. L’accord entérine les collaborations développées par les équipes médicales autour des consultations et des recherches en Médecine Physique et Réadaptation et Pédiatrie.

Dans ce cadre, la consultation spécialisée dans les déficiences motrices et leur traitement se présente à la fois comme une visite de proximité et un examen hautement spécialisé. Dans le domaine de la recherche, l’équipe du CHU étudie la déficience motrice (équipe labellisée « Movement to Health » ou M2H) et peut contribuer au développement d’une recherche institutionnalisée au sein de l’Institut Saint Pierre en l’inscrivant dans le projet régional et européen « Euromove » (7.5 M€).

Depuis plusieurs années, les équipes ont développé une expertise autour de la problématique du positionnement au fauteuil de l’enfant polyhandicapé et de sa mobilité. D’une manière plus générale, les échanges de temps médical entre les deux structures font émerger des compétences communes et contribuent à la promotion d’un projet médical commun et partagé.

Une filière qui intègre les différents niveaux de soins
Les activités du CHU de Nîmes et celles de l’Institut Saint Pierre s’inscrivent pleinement dans la démarche d’amélioration des prises en charge des patients en offrant les différents niveaux de gradation régionale : un rôle d’expertise, de recours et de référence exercé par un centre de référence universitaire régional en soins de suite et réadaptation (SSR) et un accueil de proximité.

Objet du partenariat
Le CHU de Nîmes et l’Institut Saint Pierre conviennent en conséquence de la nécessité de développer un véritable partenariat destiné à améliorer la filière de prise en charge des enfants et adolescents.
La convention cadre porte sur l’ensemble des activités de soins, d’enseignement et de recherche pouvant faire l’objet d’une collaboration entre les deux établissements.
Elle sera complétée par des avenants qui définiront les modalités pratiques des diverses coopérations envisagées.

Le partenariat vise à maintenir et développer une activité sanitaire dans le domaine de la pédiatrie et à établir des filières de soins couvrant les domaines médecine, chirurgie, obstétrique et soins de suite et réadaptation.

Les parties s’engagent au respect de plusieurs conditions pour développer leur coopération :
– Qualité des indications de transferts à l’Institut Saint Pierre par les médecins spécialistes du C.H.U. de Nîmes et organisation des demandes de transferts vers l’Institut Saint Pierre. – En contrepartie, accueil des patients qui le justifient dans l’unité d’hospitalisation incomplète de rééducation et de réadaptation (SSR Enfants-Villa Terrone) du CHU de Nîmes.
– Développement d’échanges professionnels entre les équipes médicales des deux établissements dans le domaine de la consultation ou d’activités spécifiques ou innovantes.
– Participation des praticiens et équipes soignantes des deux établissements à des activités de promotion du soin et à la mise en oeuvre de projets de recherche en Médecine Physique et Réadaptation et Pédiatrie.
– Mise en place d’une démarche qualité et d’une évaluation

Domaines d’application
Rééducation Fonctionnelle : Orthopédie, traumatologie, Rééducation neurologique et post-neurochirurgicale, Rééducation sphinctérienne anorectale, Soins palliatifs.
Pédiatrie spécialisée : Diabète, Obésité, Asthme, Pathologies neuromusculaires et autres pathologies neurologiques, Cardiopathies, Soins périnatals.
Audiophonologie : Troubles du langage oral ou écrit spécifique ou associés, Surdité neuro-sensorielle.

Organisation des transferts
Les parties s’engagent à échanger par écrit (ou par téléphone confirmé par un courrier ou une télécopie) toutes les informations nécessaires afin d’assurer la continuité des soins et répondre ainsi favorablement à la prise en charge globale du patient par les deux structures.

Evaluation de la convention
Les données chiffrées issues de ce système seront exploitées au moins une fois par an lors d’une réunion du comité de suivi, constitué au minimum, pour chaque établissement par le Directeur ou son représentant, le Président de la CME ou son représentant, les chefs des services concernés, un médecin DIM.

L’Institut Saint-Pierre de Palavas-les-flots en chiffres
– 111 lits d’hospitalisation
– 54 places (hospitalisation de jour)
– 250 salariés
– environ 30 bénévoles
– 1 434 entrées en hospitalisation complète générant 18 064 journées
– 25 000 journées en hospitalisation de jour
– Budget annuel : 15,5 millions d’euros
L’Institut Saint-Pierre de Palavas-les-flots est un établissement hospitalier privé à but non lucratif est géré par une association, l’Oeuvre Montpelliéraine des Enfants à la Mer (OMEM).

Le département de médecine physique et réadaptation fonction du CHU de Nîmes en chiffres
– 230 lits d’hospitalisation sur les sites de Carémeau et du Grau du Roi
– 36 places d’hospitalisation de jour dont 8 pour enfants et adolescents situé sur le site de l’hôpital universitaire Carémeau à la Villa Terrone
– 2 805 patients hospitalisés dont 25 en Hospitalisation Incomplète de MPR enfants et adolescents
– 397 consultations de MPR pour enfants et adolescents en 2008 pour 3 139 consultants pour l’ensemble de la MPR. Cette activité est en forte croissance : 464 au 1er octobre 2009.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.

Dr Jean-Victor Blanc : « On sort des tabous qui ont trop longtemps englobé les troubles psychiques »

Changer le regard du grand public sur la santé mentale. C’est la mission que s’est donné Jean-Victor Blanc, psychiatre à l’hôpital Saint Antoine à Paris et auteur du livre Pop & Psy. Et pour déstigmatiser et sensibiliser le plus grand nombre aux troubles psychiques, quoi de plus accessible que d’utiliser les films et les séries. Rencontre.