Une fresque en hommage aux personnels du CHU de Besançon

Sur une initiative de la ville de Besançon, une immense fresque aux codes du street-art a été imaginée en reconnaissance du travail quotidien des personnels du CHU. Réalisée par l’artiste Nacle, elle habille aujourd’hui le mur de l’hélistation.

Sur une initiative de la ville de Besançon, une immense fresque aux codes du street-art a été imaginée en reconnaissance du travail quotidien des personnels du CHU. Réalisée par l’artiste Nacle, elle habille aujourd’hui le mur de l’hélistation.
Du graffiti pour dire merci ! C’est un peu la philosophie qui a guidé le projet de fresque géante inaugurée le 6 octobre dernier par Chantal Carroger, Directrice générale du CHU de Besançon, Anne Vignot, maire de Besançon, Pierre-Olivier Rousset, Directeur général adjoint de la DRAC Bourgogne Franche-Comté, en présence des personnels du CHU et de l’artiste Nacle.
Auteur de nombreuses fresques locales, ce dernier a tout de suite été emballé par l’idée d’un projet en lien avec le CHU, initié par Aline Chassagne, adjointe chargée à la culture. « J’avais déjà repéré ce grand mur, visible depuis la route et le tramway », a raconté Nacle dans une interview donnée à macommune.info. Et, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il a été bien aiguillé.

Les agents du CHU sollicités pour choisir

Originalité de l’opération, le choix graphique de la fresque a préalablement été soumis aux agents du CHU de Besançon via un vote intranet. Quatre projets étaient en concurrence. Après cinq semaines d’une consultation qui aura amené 1300 personnes à s’exprimer, une proposition a particulièrement été plébiscitée, recueillant plus de 50% des suffrages numériques.
Pensée donc pour rendre hommage aux soignants et personnels du CHU, largement sollicités depuis le début de la crise du Covid, la fresque lauréate se fait écho de cet engagement quotidien dans son graphisme. Une dizaine de mains sont représentées sur un fond pop et coloré. L’une d’elles tient un scalpel, quand deux autres mains tiennent une seringue et une souris d’ordinateur. Au milieu de ces mains adultes, prolongement pictural des métiers qui se côtoient au sein de l’hôpital, celle d’un enfant… Car jeune ou vieux, patient ou accompagnant, soignant ou malade, nous sommes tous un jour « concernés par l’hôpital », résume Nacle. Tags, lettrages et autres marqueurs de la culture du graffiti viennent se glisser dans ce tableau urbain.

Cinquante mètres de longueur sur huit de hauteur

Démarrée à la fin du mois d’août, cette fresque hommage monumentale (cinquante mètres de long pour huit de hauteur) aura nécessité plusieurs semaines de travail et plus de 450 bombes de peinture. C’est désormais depuis la route qui mène à l’hôpital, ou depuis leur tramway, que les Bisontins, comme les visiteurs, peuvent l’admirer. 
 La rédaction de Réseau CHU avec le CHU de Besançon

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.