Une IRM 3 Tesla à Poitiers

Déjà doté d’une IRM 1,5 Tesla, le CHU de Poitiers complète son plateau technique avec une IRM 3 Tesla et étend ainsi le champ des applications de l’imagerie par résonance magnétique aux activités cérébrales fonctionnelles électriques et magnétiques, à l’angiographie 4 D, à la spectroscopie, à une meilleure définition des connections anatomiques cérébrales...

Déjà doté d’une IRM 1,5 Tesla, le CHU de Poitiers complète son plateau technique avec une IRM 3 Tesla et étend ainsi le champ des applications de l’imagerie par résonance magnétique aux activités cérébrales fonctionnelles électriques et magnétiques, à l’angiographie 4 D, à la spectroscopie, à une meilleure définition des connections anatomiques cérébrales…
L’imagerie 3 Tesla permet d’améliorer de façon très sensible les images et de disposer de séquences plus performantes, particulièrement dans le diagnostic des maladies neurodégénératives (Alzheimer, sclérose en plaques…), dans le diagnostic précoce des accidents vasculaires ischémiques, perfusion, diffusion et en imagerie fonctionnelle d’activation cérébrale, pour la prise en charge des tumeurs cérébrales, la spectroscopie, la tractographie.
En parallèle à ces examens, le CHU de Poitiers utilisera les performances de ce nouvel outil pour ses travaux de recherche, clinique et fondamentale.
L’inauguration de l’IRM 3 Testla s’est déroulée le 5 décembre 2011 en présence Alain Claeys, président du conseil de surveillance du CHU de Poitiers, de Jean-Pierre Dewitte, directeur général, du professeur Bertrand Debaene, président de la commission médicale d’établissement, du professeur Pierre Vandermarcq, chef du service de radiologie et des autorités de tutelle et de professionnels de santé.
Coût de l’IRM 3 Tesla : 2,5 millions d’euros

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.