Une journée consacrée à la stimulation ovarienne

Le 18 septembre, le Dr Germain Agnani, gynécologue spécialisé en médecine de la reproduction, reçevra dans le centre de fécondation in vitro (FIV) des confrères de Mulhouse, Strasbourg, Reims, Valence, Saint-Etienne… Outre la visite du centre de procréation médicalement assistée, cette journée permettra de nombreux échanges sur les techniques utilisées pour permettre aux patientes de connaître les joies de la maternité. L'équipe bisontine exposera notamment les spécificités de prise en charge des patientes par FIV et par injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) :

– le recours à des protocoles « à la carte », traitement initial spécifiquement défini en fonction de la patiente, correction du programme en cours de stimulation ;
– des protocoles courts exigeant une présence 7jours sur 7 du personnel hospitalier pour des examens et ajustements quotidiens, (les protocoles courts sont réservés aux patientes qui ont une réserve ovarienne faible)
– dans certains cas, l’administration de fortes doses de gonadostimulines (substances hormonales qui stimulent l’activité ovarienne);
– une exemplaire collaboration avec le laboratoire de biologie de la reproduction du CHU ;
– une évaluation permanente de l’efficacité des pratiques conduite avec l’appui du département d’information médicale du CHU.

Alors qu’en France, la probabilité de grossesse clinique après FIV et ICSI intraconjugales est de l’ordre de 25 %, le centre de procréation médicalement assistée du CHU affiche des résultats supérieurs à 40 % de grossesse par tentative.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.