Une maison des adolescents ouverte sur le monde

Inaugurée par Bernadette Chirac, le 17 novembre, la Maison de Solenn - Maison des adolescents accueillera ses premiers patients sur le site du Groupe Hospitalier Cochin, le 6 décembre 2004. « Bâtiment charnière entre l'hôpital et la ville au service des ados, la maison protège sans enfermer les jeunes en souffrance physique ou psychique qui frapperont à sa porte. » C'est ainsi que son responsable médical, le Professeur Marcel Rufo décrit ce nouvel établissement dédié aux adolescents en souffrance âgés de 12 à 19 ans.

Inaugurée par Bernadette Chirac, le 17 novembre, la Maison de Solenn – Maison des adolescents accueillera ses premiers patients sur le site du Groupe Hospitalier Cochin, le 6 décembre 2004. « Bâtiment charnière entre l’hôpital et la ville au service des ados, la maison protège sans enfermer les jeunes en souffrance physique ou psychique qui frapperont à sa porte. » C’est ainsi que son responsable médical, le Professeur Marcel Rufo décrit ce nouvel établissement dédié aux adolescents en souffrance âgés de 12 à 19 ans.

L’accent est mis sur une démarche thérapeutique d’ensemble où soins traditionnels et soins culturels se complètent. Centre de recherche sur les pathologies de l’adolescence, lieu d’hospitalisation et de consultation, espace culturel, la Maison de Solenn n’est pas un hôpital traditionnel mais un établissement pilote. On y retrouve toutes les disciplines nécessaires à la prise en charge des adolescents mais aussi tous les compléments aux soins, devenus soins à part entière et dispensés dans des médiathèques mais aussi des ateliers mode, esthétique, coiffure, cuisine, informatique, studio radio, théâtre et jeux scéniques, jardinage, sophrologie, art-danse-thérapie, relaxation. Chacun de ces ateliers est animé par des professionnels qui ont fait le choix de s’investir aux côtés des adolescents.

Quant à l’espace santé, il est organisé pour informer les adolescents des maux de leur âge : conseils personnalisés, bornes interactives, expositions, kiosques, espaces de parole… les réponses sont multiples. Les jeunes pourront accéder librement à cet espace situé dans le grand hall au rez-de-chaussée. « La capacité à faire des choix apparaît un objectif central à développer pour améliorer la santé. La prévention a pour but de modifier les comportements dommageables pour celle-ci, de proposer des choix favorables en fournissant une information adéquate qui permette d’identifier les comportements qui lui sont bénéfiques » explique le Docteur Isabelle FERRAND, Responsable de l’Espace Santé de La Maison de Solenn

Les consultations sont ouvertes 5 jours sur 7. Cette première étape permet d’effectuer une évaluation, de mettre éventuellement en place un traitement et si besoin d’orienter vers une consultation spécialisée (pédiatrie, dermatologie, gynécologie, pneumologie, endocrinologie, psychiatrie?).

Le deuxième étage du bâtiment est réservé à l’hospitalisation : vingt lits peuvent accueillir, après consultation, des jeunes atteints de différentes pathologies. Chaque chambre, dont certaines sont accessibles à des adolescents handicapés, a fait l’objet d’une attention toute particulière.

Le personnel

74 personnes veilleront sur les adolescents. Neuf médecins et quatre internes assistés par trois cadres infirmiers, quinze infirmières, une assistante sociale, deux éducatrices, une diététicienne, deux psychologues plein-temps, trois psychologues mi-temps, seize aides-soignants, trois secrétaires médicales, quatre enseignants et une documentaliste.

Coût des travaux
26,2 millions d’euros financés par la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France

Architectes : Jean-Marc Ibos et Myrto Vitart

Coût de fonctionnement
3, 2 millions d’euros

D’autres structures de ce type existent déjà à Bordeaux, au Havre, à l’hôpital Avicenne de Bobigny et à Marseille.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.