Une maison des ados à Tours

Ouverte en janvier 2010, la maison des ados de Tours a déjà accueilli 150 jeunes. Leur point commun : un parcours chaotique, l’épuisement des capacités de soutien de leur entourage familial et éducatif et un besoin de conseil et d’orientation sur mesure. Dans ce lieu ressource, l’adolescent trouve une écoute, des informations et un accompagnement qui tient compte de son profil physique, psychique, de ses liens sociaux et de son éducation. Il bénéficie des compétences mutualisées d’un réseau d’acteurs. La maison des adolescents est aussi ouverte aux parents. Elle leur propose une information et des aides individuelles ou collectives. Quant aux professionnels au contact des adolescents ils s'y rendent pour des conseils experts et des formations adaptées...

Ouverte en janvier 2010, la maison des ados de Tours a déjà accueilli 150 jeunes. Leur point commun : un  parcours chaotique, l’épuisement des capacités de soutien de leur entourage familial et éducatif et un besoin de conseil et d’orientation sur mesure. Dans ce lieu ressource, l’adolescent trouve une écoute, des informations et un accompagnement qui tient compte de son profil physique, psychique, de ses liens sociaux et de son éducation. Il bénéficie des compétences mutualisées d’un réseau d’acteurs. La maison des adolescents est aussi ouverte aux parents. Elle leur propose une information et des aides individuelles ou collectives. Quant aux professionnels au contact des adolescents ils s’y rendent pour des conseils experts et des formations adaptées…
Dispositif départemental, la Maison des Adolescents d’Indre et Loire ( MDA 37) est portée par l’association Montjoie (www.montjoie. fr). Luttant contre les cloisonnements des structures et des logiques administratives ou éducatives, elle œuvre dans un esprit d’interinstitutionnalité. Ainsi, en plus du personnel salarié, la MDA 37 est un lieu commun aux nombreux professionnels éducatifs, soignants, sociaux qui interviennent aux côtés des adolescents. L’objectif de ce « travail ensemble » est d’apporter de meilleures réponses au jeune et/ou au parent.

La MDA 37, une somme de complémentarités 

Le Centre hospitalier de Chinon, a qui la MDA 37 est adossée conventionnellement a pris à sa charge une partie de la location des locaux du 66 bd Béranger et les travaux d’amélioration des locaux. Il a également mis a disposition des temps pédopsychiatriques.
Dès l’ouverture le CHRU de Tours a affecté une infirmière 4h/ semaine et externalisé les consultations Centre Médico-Psychologiques du Dr Fillatre le mercredi. Son Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie tient également une permanence hebdomadaire dans le cadre des Consultations Avancées Jeunes Consommateurs. Le service communication et le pôle psychiatrie apportent également leur appui.
En plus de sa subvention, le Conseil général d’Indre et Loire a retenu le créneau le jeudi pour des consultations gynécologiques. Si besoin est, il prête des locaux et soutient le réseau des professionnel de l’adolescence.
La Protection Judicaire de la Jeunesse met à disposition une psychologue clinicienne 5h/semaine. 
A la MDA 37, les professionnels défendent le principe d’une approche globale de l’adolescent. Ils améliorent leurs compétences par la mutualisation des connaissances et la création d’une culture commune.

Premier bilan dactivité

Depuis son ouverture la maison des adolescents tourangelle a enregistré 199 situations portant sur 83 garçons et 116 filles au lieu des 150 prévues, dont 147 jeunes accueillis, les autres situations étant celles de parents venus sans leur enfant), 333 personnes (jeunes ou parents) ont été vu au moins une fois et 374 entretiens ont été réalisés (donnant lieu à 54 orientations (soit 29% des situations) et 38 situations traitées en commun avec des partenaires médicaux, ou sociaux).  Ces visites se déroulent au rythme soutenu de 40 par mois.
L’équilibre géographique de la répartition entre les situations venant de Tours (38%), de l’agglomération 24% et hors agglomération 22% (le reliquat étant non renseigné 17% ou hors département 2%).
Répartition en classe d’âge en correspondance avec le cahier des charges national (5% de moins de 12 ans ; 39% pour les 12-15 ans ; 40% pour les 16-18 ans ; 9% pour les 19-21 ans; 3% pour les plus de 21 ans et 6% de non renseigné) ; soit près de 80% pour les 12-18ans.
Une variété des profils socio-culturels et socio-professionnels concernant les usagers, avec mixité concernant le rural, « rurbain » et urbain.
A l’origine des visites : une variété de demandes qui relèvent de problèmes familiaux ; d’autorité et opposition, de symptômes : sommeil, alimentation, anxiété, de décrochage scolaire, de difficultés affectives, de fratrie, de questions juridiques, de conduites addictives (licite ou illicite, avec et sans produit (jeux vidéo, internet)…
Cette diversité est le signe d’un démarrage réussie pour la MDA, lieu qui ne devait pas être un Centre Médico-Psychologiques de plus, pas plus qu’un Points Accueil Ecoute Jeune (PAEJ) ou qu’une antenne d’un territoire de vie sociale. De même les orientations indiquent la pluralité de travail effectué. Orientations vers les services de santé psychologiques : centre ORESTE, CMP, psychologues libéraux ; vers la médecine de ville et les ressources paramédicale (sophrologie, diététicien, orthophoniste, vers les services sociaux : TVS, point écoute parents de JOUE LES TOURS, médiation familiale et conjugale, mais aussi CIO, Missions Locale, MDPH, Espace santé jeunes, etc.).

Actions et projets de la MDA 37

Parmi les nombreuses actions de la MDA 37 on retiendra l’ouverture de consultation jeune consommateur, de consultations gynécologique et informations, la gratuité des consultations de médecine pédiatriques.
et de nombreuses autres initiatives :
– une activité collective hebdomadaire sera proposée aux jeunes (« bouge encore » : objectifs de socialisation une consultation (2h/semaine),
– les professionnels en ethnologie dispenseront des sessions régulières (4 à 6h/mois) en sophrologie-réflexologie et des séances collectives et/ou individuelles concernant l’obésité
– un café des parents les sensibilisera aux mesures de prévention des addictions, au bon usage des jeux vidéos et des nouveaux médias
– un cycle de conférences mensuel se tiendra dans des territoires peu touchés jusque là par de telles actions de prévention : Ligueil, Château-Renault, Chinon, Villandry
– la formation des avocats du groupe de défense des mineurs

En savoir plus sur les maisons des adolescents

Centres polyvalents, les maisons des adolescents ont été  créées à partir de 2005 sous l’impulsion du Défenseure des Enfants et du ministère de la Santé. Tours est la 68ème
Les MDA remplissent trois missions :
Accueil de premier niveau (écoute, résolution, orientation), toutes situations
Accueil de second niveau en lien avec les dispositifs de référence du territoire
Partenariat-coordination-animation de réseau

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.