Une majorité de Français favorable à la vaccination et au « passeport vaccinal »

Une étude Ifop* réalisée pour Lemon.fr en partenariat avec Le Parisien sur l’intention de se faire vacciner révèle qu’une majorité de Français se déclare favorable à l’application d’un «passeport vaccinal» dans différentes situations de la vie quotidienne, à savoir l’obligation d’être vacciné pour réaliser certaines activités.

Une étude Ifop* réalisée pour Lemon.fr en partenariat avec Le Parisien sur l’intention de se faire vacciner révèle qu’une majorité de Français se déclare favorable à l’application d’un «passeport vaccinal» dans différentes situations de la vie quotidienne, à savoir l’obligation d’être vacciné pour réaliser certaines activités.
Première enseignement de ce sondage (1), une majorité de Français souhaite désormais se faire vacciner : 54%, soit un taux en augmentation continue depuis décembre (+ 15 points par rapport au 1er décembre 2020). Et six Français sur dix (60%) soutiennent également l’idée qu’on impose le vaccin à toute personne souhaitant rendre visite à quelqu’un vulnérable vivant par exemple dans un hôpital ou un Ehpad.

Mais seul un Français sur deux (50%) approuve l’idée d’imposer le vaccin aux élèves des collèges et lycées (50%) ou aux spectateurs des cinémas et salles de spectacle (50%).

Passeport vaccinal

Près de deux Français sur trois (62%) adhérent à l’idée d’imposer un passeport vaccinal aux personnes souhaitant prendre l’avion pour se rendre à l’étranger. En revanche, l’opinion publique s’avère très partagée à l’idée d’imposer un « passeport vaccinal » dans des situations beaucoup plus courantes de la vie quotidienne tel que l’usage des transports en commun (52%) ou l’accès à son lieu de travail (50%). 
 
L’idée d’imposer un passeport vaccinal aux personnes souhaitant fréquenter des commerces (45%) – commerces qui peuvent déjà recevoir du public… – est la seule à susciter l’opposition d’une majorité de Français (55%).
D’importants écarts dans l’adhésion au principe du passeport vaccinal apparaissent selon le sexe, l’âge et le degré de défiance à l’égard de la science et des technologies. Ainsi, les réticences à l’obligation vaccinale pour les personnes souhaitant se rendre à l’étranger sont beaucoup plus fortes chez les Français estimant que la science apporte plus de mal que de bien à l’homme (51%, contre 26% chez ceux qui pensent le contraire) ou chez les opposants au déploiement de la 5G par (48%, contre seulement 33% chez les partisans de la 5G).

L’analyse de Jean-Philippe Dubrulle, Directeur d’études au pôle Opinion de l’Ifop : "Alors que la campagne de vaccination s’accélère en France, la majorité des Français souhaite se faire vacciner : c’est le cas de 54%, soit trois points de plus que la première de janvier et surtout quinze point de plus qu’en décembre. Cette « décrispation vaccinale » amorcée après un premier temps d’expectative (pendant lequel les premières injections ont montré leur innocuité et la mise en œuvre de la campagne de vaccination fait craindre un manque de doses), et qui semble vouée à se poursuivre, ne touche cependant pas toute la population de manière homogène. Comme cela a pu être observé précédemment, des poches de « vaccinosceptiques » demeurent, notamment chez les femmes, les jeunes, les catégories populaires et les publics défiants à l’égard des institutions ".

*Étude Ifop pour Lemon.fr et Le Parisien réalisée par questionnaire autoadministré en ligne du 11 au 12 janvier 2021 auprès d’un échantillon de 1 028 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine. 
Hélène Delmotte

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.