Une momie égyptienne passe un scanner au CHU de Clermont

Une momie égyptienne, qui sommeillait depuis la fin du XIXe siècle dans une réserve du musée Bargoin, à Clermont-Ferrand paraissait aussi mystérieuse que son ancien propriétaire. Inventoriée en 1875, elle aurait été confiée au musée par un certain M. Petit-Tordeix, à ce que l'on dit, comédien. Deux siècles après son arrivée, cette momie va peut-être dévoiler ses secrets grâce à un partenaire inattendu, le CHU de Clermont-Ferrand et son Service d'Imagerie Médicale de l'Hôtel-Dieu.

Une momie égyptienne, qui sommeillait depuis la fin du XIXe siècle dans une réserve du musée Bargoin, à Clermont-Ferrand paraissait aussi mystérieuse que son ancien propriétaire. Inventoriée en 1875, elle aurait été confiée au musée par un certain M. Petit-Tordeix, à ce que l’on dit, comédien. Deux siècles après son arrivée, cette momie va peut-être dévoiler ses secrets grâce à un partenaire inattendu, le CHU de Clermont-Ferrand et son Service d’Imagerie Médicale de l’Hôtel-Dieu.

Le 3 juillet 2008, c’est avec un grand plaisir que le CHU a gracieusement mis son savoir-faire scientifique et ses moyens à la fois techniques et humains, au service de la recherche, de toutes les recherches y compris historiques. Il vient de le démontrer en collaborant avec la Ville de Clermont-Ferrand et le Musée Bargoin.

La momie a alors pu bénéficier de la technologie de pointe du scanner pour une analyse morphologique et squelettique effectuée par le Professeur Jean- Marc Garcier, radiologue au CHU de Clermont- Ferrand et titulaire d’un DEA d’anthropologie.

Les conclusions ont été transmises à Anne Raggi, anthropologue au Laboratoire de Conservation des Momies au Musée de l’Homme à Paris. Sollicitée par le musée Bargoin, elle engagera, avec une équipe pluridisciplinaire, des études et une restauration. C’est après ce long périple que la momie retrouvera sa tranquillité, dans une des salles du musée Bargoin lors de la prochaine exposition “Fragments d’Egypte, stations au-delà ” qui se tiendra du 8 novembre 2008 au 1er mars 2009.

Cet événement a dépassé les frontières de la région, puisque outre la presse locale, la presse nationale (TF1) et internationale (BBC Wolrd) ont relaté l’histoire de cette rencontre originale entre l’archéologie et la haute technologie médicale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.