Myopathie : une nouvelle forme identifiée à Nice

Pour la 1ère fois, une combinaison de deux anomalies génétiques est décrite comme origine d’une dystrophie musculaire. Dans la prestigieuse revue «Nature Genetics», une équipe de recherche internationale composée notamment de chercheurs l’Université de Leiden (Pays-Bas) et de l’Université et du CHU de Nice (France) a découvert une nouvelle cause génétique de la Dystrophie musculaire Facio-Scapulo-Humérale (DMFSHD) : la combinaison de deux facteurs génétiques. « Un principe qui s’applique probablement à d’autres maladies » précisent les chercheurs.

Pour la 1ère fois, une combinaison de deux anomalies génétiques est décrite comme origine d’une dystrophie musculaire. Dans la prestigieuse revue «Nature Genetics», une équipe de recherche internationale composée notamment de chercheurs l’Université de Leiden (Pays-Bas) et de l’Université et du CHU de Nice (France) a découvert une nouvelle cause génétique de la Dystrophie musculaire Facio-Scapulo-Humérale (DMFSHD) : la combinaison de deux facteurs génétiques. « Un principe qui s’applique probablement à d’autres maladies » précisent les chercheurs.
La dystrophie musculaire facio-scapulo humérale a longtemps  été considérée comme une maladie génétique « comme les autres » mais depuis peu un type 1 et un type 2 ont été identifiés posant la question de la différence génétique entre les deux. « Alors que la DMFSH était reconnue globalement comme étant associée à une mutation bien caractéristique au niveau du chromosome 4 (type 1), on était incapable de retrouver cette anomalie chez certains patients (type 2) dont l’origine restait inconnue et ce qui ne permettait pas de les inclure dans des essais cliniques d’une part ni de renseigner sur les risques de transmission de la maladie à la descendance » explique le Dr Sabrina Sacconi neurologue et chercheur au CHU de Nice dans l’équipe du Pr Claude Desnuelle (Centre de Référence Maladies Neuromusculaires).

L’étude a portée sur 15 familles dans le monde dont 12 sont connues au CHU de Nice. Grâce à ces dernières, le Dr Sacconi a réussi à élucider les causes génétiques de cette pathologie de type 2.

Ce que les chercheurs ont découvert est unique et devrait profiter aux personnes atteintes de cette forme de myopathie et d’autres maladies également. « Il faut la présence de 2 anomalies génétiques pour que cette maladie se développe. Ce qui permet de comprendre comment des enfants dont les parents sont parfaitement sains, puisqu’ils ne sont porteurs que d’une anomalie, peuvent développer ce type de dystrophie musculaire » continue les chercheurs. Cependant, des interrogations subsistent : « on ne sait pas aujourd’hui pourquoi, dans ces familles, certains individus deviennent lourdement handicapés alors que d’autres ne développent pas de manifestation emmenant à consulter, alors qu’ils ont la même combinaison de variants ».

Le Centre de Référence Maladies Rares du CHU de Nice est ouvert à toute personne atteinte de DMFSH car « la mise en évidence des anomalies génétiques récemment identifiées devrait permettre d’inclure ces patients dans les essais cliniques jusqu’à présent réservés aux patients atteints de l’autre forme,». Le Centre a déjà réalisé une étude de tolérance d’une thérapie cellulaire dans cette affection.

La dystrophie musculaire facio-scapulo humérale ou DMFSH est la 2e myopathie la plus fréquente chez l’adulte, avec 500 000 personnes atteintes dans le monde. Dans la majorité des cas, le premier symptôme apparaît autour de 20 ans, plus rarement dès l’enfance. Lentement évolutive, la maladie affecte, de façon sélective, certains muscles, notamment ceux de la face, des épaules et de la partie supérieure des bras, parfois ceux des membres inférieurs. A terme, la DMFSH peut être très invalidante puisque les patients ne peuvent plus lever les bras et éprouvent parfois des difficultés à se déplacer : 20 % doivent recourir à un fauteuil roulant. Aucune thérapeutique curative n’est encore disponible à ce jour.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.