Une nouvelle IRM au CHU de Rennes

Afin de répondre à une demande croissante et réduire les délais d'accès aux examens, l'hôpital sud du CHU de Rennes s'est doté d'une seconde IRM "de dernière génération". Unique en Bretagne en matière d’imagerie pédiatrique, ce plateau satisfera également les besoins des adultes et enfants atteints de pathologies cancéreuses, infectieuses ou neurologiques, mais aussi de traumatismes et maladies ostéo-articulaires.

Afin de répondre à une demande croissante et réduire les délais d’accès aux examens, l’hôpital sud du CHU de Rennes s’est doté d’une seconde IRM "de dernière génération". Unique en Bretagne en matière d’imagerie pédiatrique, ce plateau satisfera également les besoins des adultes et enfants atteints de pathologies cancéreuses, infectieuses ou neurologiques, mais aussi de traumatismes et maladies ostéo-articulaires.

Des délais d’accès réduits et une imagerie pédiatrique unique en Bretagne

Auparavant, la seule IRM de Hôpital Sud réalisait chaque année 4 300 examens d’une durée moyenne de 30 minutes auprès de patients enfants et adultes. Avec le nouvel équipement, la capacité passera à 4 500 examens supplémentaires réduisant d’autant les délais d’attente : un vrai service rendu aux patients…
« Pour un patient venant pour un examen ostéo-articulaire (genoux, colonne vertébrale, sciatique, médecine de sport…), nous estimons le futur délai d’attente de l’ordre de 2 à 3 semaines contre 2-3 mois avec un seul équipement », souligne le Docteur Raphael Guillin, du service d’Imagerie ostéo-articulaire. Un gain notable !
En effet, l’IRM occupe une place de plus en plus importante en pédiatrie et en néonatologie. Cette seconde machine permettra de mieux répondre aux besoins des enfants qu’ils soient hospitalisés, en consultations externes ou adressés par la médecine de ville. Avec ce nouvel investissement, le CHU de Rennes se positionne ainsi comme un acteur majeur dans l’offre de soins sur son territoire et au-delà.

Un équipement de pointe pour une qualité de prise en charge optimale

De manière volontariste, le choix du CHU de Rennes s’est porté sur une IRM de « dernière génération » comme la précédente acquise en avril 2013, pour garantir les conditions d’une prise en charge optimale dans le dépistage, le diagnostic, le bilan et le suivi de pathologie. Cet investissement de 1,17 M€ offrira ainsi aux patients les bénéfices des avancées technologiques les plus récentes.
Doté d’un aimant d’une puissance de 1,5 Tesla (soit 30 000 fois le magnétisme terrestre naturel), cet équipement performant offre une grande qualité d’image, dont la sensibilité peut encore être optimisée via l’injection de produit de contraste. Plus pointus, les examens sont également plus rapides pour les patients qui bénéficient d’une salle équipée d’un plafond lumineux créant l’illusion optique d’un véritable ciel afin de réduire l’anxiété et le sentiment de claustrophobie.

La « multi-modalité » avec une plateforme d’imagerie médicale étoffée

L’arrivée de cette nouvelle machine a été pensée en cohérence avec le « virage multimodal » en cours au sein de la plateforme d‘imagerie médicale de l’Hôpital Sud. Installée à proximité de la première IRM, du scanner et du parc de 7 échographes, elle vient ainsi étoffer le plateau d’imagerie pour une plus grande souplesse d’organisation des personnels médicaux et un meilleur confort de travail (prise en main avec interface de travail similaire, possibilité de basculement entre machines…). Côté soin, ce couplage d’imagerie offrant la possibilité d’avoir plusieurs examens à la suite, permettra d’éviter des allers-retours fatiguant ou inutiles et fluidifiera grandement les « parcours patients » dans la vision d’un plateau de soins personnalisés et coordonnés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.