Une nouvelle organisation pour la biologie

Dans le cadre de la modernisation du CHU de Saint-Etienne, le Plateau de Biologie a ouvert au mois de mai. Cette création s'inscrit dans la perspective du regroupement des activités de court séjour à l'Hôpital Nord. Centre d'innovation et de recherche, le Plateau de Biologie constitue l'un des points forts du campus hospitalo-universitaire progressivement développé sur le site Nord.

Dans le cadre de la modernisation du CHU de Saint-Etienne, le Plateau de Biologie a ouvert au mois de mai. Cette création s’inscrit dans la perspective du regroupement des activités de court séjour à l’Hôpital Nord. Centre d’innovation et de recherche, le Plateau de Biologie constitue l’un des points forts du campus hospitalo-universitaire progressivement développé sur le site Nord.

Le regroupement des laboratoires sur un même site, au sein d’un plateau commun de biologie, permet d’améliorer la prise en charge biologique des patients et de développer une biologie de spécialité dotée d’équipements et d’installations modernisés. L’efficience accrue de ce secteur bénéficiera directement et concrètement à l’ensemble de l’établissement.

Les équipes se sont largement investies pour repenser entièrement l’organisation de ce secteur d’activité essentiel dans un CHU.

Cette démarche est destinée à répondre à plusieurs objectifs :
– Optimiser les délais de rendu des résultats ;
– Diminuer le nombre de prélèvements par patient ;
– Développer une politique d’assurance qualité ;
– Renforcer l’hygiène et la sécurité pour le personnel ;
– Améliorer les conditions de travail ;
– Disposer d’un outil de travail évolutif ;
– Développer les activités innovantes et de recherche.

L’organisation médicale du futur plateau de biologie repose sur une collaboration étroite des biologistes et sur le regroupement des différents services en trois sections de production spécialisées.

Le nouveau bâtiment représente ainsi 8 630 m² et comprend 3 niveaux
– 1er niveau : secteur pré-analytique automatisé et connecté au secteur de production partagée de routine et d’urgence / biothèque centrale / stockage central / antenne EFS de distribution et de biologie du receveur
– 2e et 3e niveaux : trois sections de production spécialisées disposant chacune d’une unité de biologie moléculaire partagée :
– section molécule : biochimie, pharmacologie-toxicologie, médecine nucléaire in vitro, génétique, gaz du sang
– section cellule : hématologie, cytopathologie, explorations fonctionnelles rénales, immunologie
– section agents infectieux : bactériologie, virologie, parasitologie.

Les travaux se sont déroulés de l’automne 2003 au printemps 2005.

Outre le volet construction, il faut insister sur l’acquisition d’équipements performants et sur l’informatisation qui concerne à la fois les processus internes aux laboratoires et l’acquisition du module de prescription connectée (prescription biologie, radiologie, serveur de résultats).
Coût des travaux : 15 462 214 euros
Equipement robotique : 1 500 000 euros
Equipement informatique : 1 050 000 euros

La création du Plateau de Biologie favorisera les synergies dans le domaine de la recherche au CHU de Saint-Etienne. En effet le Centre Ingénierie et Santé créé par l’Ecole Nationale des Mines de Saint-Etienne et la Faculté de Médecine sera à terme implanté à proximité dans le cadre de la constitution du campus hospitalo-universitaire à l’Hôpital Nord.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.