Une nouvelle pharmacie synonyme de qualité, sécurité et traçabilité

Le CHU de Poitiers étrenne sa nouvelle pharmacie. Un centre logistique de fabrication et de gestion de milliers de médicaments et dispositifs médicaux flambant neuf qui réunit sur un même bâtiment de 3 400 m² les anciens services jusqu’alors dispersés sur deux sites. Parallèlement aux travaux, une réflexion sur la coordination entre les unités et la pharmacie centrale a été conduite. La nouvelle organisation a été pensée en réseau avec la création d’antennes dans 70 services de soins.

Le CHU de Poitiers étrenne sa nouvelle pharmacie. Un centre logistique de fabrication et de gestion de milliers de médicaments et dispositifs médicaux flambant neuf qui réunit sur un même bâtiment de 3 400 m² les anciens services jusqu’alors dispersés sur deux sites. Parallèlement aux travaux, une réflexion sur la coordination entre les unités et la pharmacie centrale a été conduite. La nouvelle organisation a été pensée en réseau avec la création d’antennes dans 70 services de soins. Désormais, chaque pôle d’activité clinique dispose d’une équipe pharmaceutique référente qui conseille, rappelle les règles de prescription et de dispensation, analyse et valide les ordonnances, dans le respect des indications du bon usage du médicament et des dispositifs médicaux stériles. La qualité est aussi garantie par l’informatisation et l’automatisation des équipements qui établit les traçabilités, sécurise les procédures et contribue à la bonne gestion des flux et des stocks.
Les secteurs de production
La nouvelle pharmacie dispose d’une unité de reconstitution des poches de chimiothérapies injectables qui livre toutes les unités de soins du CHU de Poitiers et le Centre hospitalier de Montmorillon. Elle veille à la qualité pharmaceutique des préparations (diminution des risques de contamination microbienne et/ou particulaire) et à la sécurité du personnel et des patients.  Cette classe thérapeutique présente en effet des risques potentiels pour les personnes amenées à les manipuler sans précautions particulières ; Quant aux patients, ils bénéficient d’une sécurisation du circuit des anticancéreux de la prescription à l’administration avec contrôle pharmaceutique de chaque prescription et optimisation de la traçabilité… En 2011, 36 870 poches ont été reconstituées dont 400 pour le Centre hospitalier de Montmorillon.

La nouvelle pharmacie réalise aussi les préparations magistrales médicamenteuses lorsqu’il n’existe aucune alternative en termes de dosage, forme ou molécule surtout pour les services de pédiatrie. Elle prépare également les poches nutritives parentérales destinées aux patients n’ayant plus la capacité de s’alimenter par voie orale ou pour des prématurés et des nouveau-nés. En 2011, 1 000 suspensions, gélules, collyres… et 8 188 mélanges de nutrition parentérale ont été préparés par la pharmacie.
Pour supprimer tout risque infectieux imputables aux dispositifs médicaux stériles réutilisables au cours des soins et des interventions chirurgicales, la stérilisation assure leur décontamination, lavage, stérilisation et distribution dans les services de soins et au bloc opératoire. Une procédure qui repose sur le principe de la marche en avant, de la zone la plus sale vers la plus propre et qui se comptabilise par 8 000 cycles d’autoclaves par an.
A l’aide d’appareils de dosage, le laboratoire de contrôle vérifie toutes les préparations pharmaceutiques ainsi que les poches de nutrition réalisées à la pharmacie afin de s’assurer de leur conformité.
La pharmacie données repères
Personnels : 98 personnes dont 65 agents (personnel non médical : préparateurs, agents administratifs, aide à la logistique, cadre de santé, cadre supérieur de santé, agent d’entretien), 17 pharmaciens et 16 internes en pharmacie

Activité
2 000 références de médicaments et solutés en stock
6 000 références de dispositifs médicaux stériles hors stock
800 références de dispositifs médicaux stériles en stock
100 points de livraison quotidienne
10 364 421 unités thérapeutiques délivrées aux différents services de soins en 2011
3 245 ordonnances de médicaments non disponibles en officine de ville ou bénéficiant d’un double-circuit (tels que les antirétroviraux)  délivrées au public depuis janvier 2012.
300 essais cliniques actuellement menés à la pharmacie menés à la demande de l’industrie pharmaceutique ou du CHU de Poitiers en vue d’évaluer les nouvelles thérapeutiques ou méthodes diagnostiques
55 millions d’euros,  valeurs gérées chaque année par la pharmacie du CHU dont 65% pour les médicaments et 35% pour les dispositifs médicaux
Equipements de stockage, de conservation, de préparation et de distribution : automate de distribution globale, tapis de distribution, unités de stockage, autoclaves …
Nouveau bâtiment
Investissement toutes dépenses confondues : 11 millions d’euros
Le jury du concours d’architecture et d’ingénierie a retenu Pharmadec (Blois – 41) en qualité de mandataire et Chabanne & Partenaires en qualité d’architecte

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.