AVC : Nancy inaugure une nouvelle salle de neuroradiologie interventionnelle

Le service de Neuroradiologie diagnostique et thérapeutique du CHRU de Nancy dispose depuis juin 2017 d’un équipement de pointe pour traiter les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC), anévrismes, malformations vasculaires, cérébrales et médullaires. La population du Grand Est touchée par une pathologie cérébrale a ainsi l'assurance d'être soignée au plus vite par une équipe hospitalo-universitaire experte ayant à sa disposition, les dernières avancées en radiologie interventionnelle.
Le service de Neuroradiologie diagnostique et thérapeutique du CHRU de Nancy dispose depuis juin 2017 d’un équipement de pointe pour traiter les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC), anévrismes, malformations vasculaires, cérébrales et médullaires. La population du Grand Est touchée par une pathologie cérébrale a ainsi l’assurance d’être soignée au plus vite par une équipe hospitalo-universitaire experte ayant à sa disposition, les dernières avancées en radiologie interventionnelle. 
La nouvelle salle de neuroradiologie interventionnelle vient compléter le plateau technique du service composé d’une première salle. Cette deuxième salle permet d’améliorer notamment la prise en charge des patients devant bénéficier d’un traitement en urgence, sans impacter l’activité interventionnelle déjà programmée. 

L’amélioration remarquable de la qualité de la prise en charge des patients souffrant d’un Accident Vasculaire Cérébral réside aussi dans la rapidité d’intervention, déterminante pour le niveau de récupération du patient. 

Grâce à ce nouvel environnement technologique, le patient peut être transporté directement dans la salle de neuroradiologie où les premiers examens d’imagerie sont effectués ; dès le diagnostic précisé, l’intervention sur le cerveau peut immédiatement débuter.
Capteur biplan, acquisition rotationnelle, logiciel de reconstruction tridimensionnelle des images de qualité exceptionnelle : les dernières avancées en radiologie interventionnelle permettent à l’équipe du CHRU de Nancy de visualiser de façon très précise le cerveau du patient, la pathologie à traiter, et la zone exacte où le médecin se situe durant l’intervention et sa progression. 
L’acquisition des images se fait en un geste nécessitant une seule injection de produit de contraste, limitant ainsi l’irradiation du patient et des professionnels du bloc. Autour du patient s’organise la coordination des spécialistes : le neuroradiologue senior et l’interne, le médecin anesthésiste et l’infirmier anesthésiste, le manipulateur d’électroradiologie médicale et l’infirmière du bloc d’angiographie.
En neuroradiologie, les durées d’intervention sont généralement longues – plusieurs heures. Ici, les traitements sont réalisés sous anesthésie générale pour garantir l’immobilité parfaite des patients, et par voie endovasculaire. Peu invasive – un tube très fin dit cathéter est introduit dans une artère de la jambe près de l’aine, l’opération est contrôlée en temps réel grâce au dispositif d’imagerie. 
Dirigé par le Pr Serge Bracard, le service de Neuroradiologie diagnostique et thérapeutique du CHRU de Nancy travaille en collaboration avec le fabricant dans le cadre d’un contrat recherche développement. Pilotée par le Pr René Anxionnat, neuroradiologue au CHRU et par ailleurs président de la Société Française de Neuroradiologie, la démarche vise à évaluer et améliorer les différentes technologies de la salle financée par le CHRU et installée pour 1,2 millions d’€ travaux inclus.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.