Une nouvelle unité neuro-vasculaire (UNV)

Les habitants de la région caennaise bénéficient d'une toute nouvelle structure spécialisée dans la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Intégrée au département de neurologie du CHU de Caen, l'unité neuro-vasculaire (UNV) rassemble, autour des Professeurs Gilles Defer et Fausto Viader, une équipe multiprofessionnelle spécialisée en pathologie neuro-vasculaire. Elle permet une prise en charge globale des patients du diagnostic à la préventin en passant par les soins à la phase aiguë, le traitement des complications, la réadaptation jusqu'au suivi après la sortie de l'hôpital.

Les habitants de la région caennaise bénéficient d’une toute nouvelle structure spécialisée dans la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Intégrée au département de neurologie du CHU de Caen, l’unité neuro-vasculaire (UNV) rassemble, autour des Professeurs Gilles Defer et Fausto Viader, une équipe multiprofessionnelle spécialisée en pathologie neuro-vasculaire. Elle permet une prise en charge globale des patients du diagnostic à la préventin en passant par les soins à la phase aiguë, le traitement des complications, la réadaptation jusqu’au suivi après la sortie de l’hôpital.

Troisième cause de mortalité, après les cancers et les cardiopathies, et première cause de handicap physique non traumatique de l’adulte, l’AVC touche 150 000 personnes chaque année en France. 30% à 40 % d’entre elles vont décèder au cours des 6 mois suivants. En 2006, 874 patients souffrant d’un AVC ont été admis au CHU de Caen.

L’AVC est une urgence diagnostique et thérapeutique, dont la prise en charge précoce permet une diminution de la mortalité et une amélioration du pronostic. Pour la Haute Autorité de Santé (HAS), le transfert du patient à l’hôpital a lieu idéalement directement dans une unité neuro-vasculaire, comme celle du CHU de Caen. En effet, par rapport aux services conventionnels, le regroupement des malades dans une unité géographiquement déterminée, telle que l’UNV, disposant de personnels médicaux et para-médicaux compétents, et d’un équipement de surveillance, permet de faire baisser la mortalité et le handicap de 20 %. Les professionnels de santé confrontés à un AVC disposent d’un numéro de téléphone direct pour contacter l’UNV dans les meilleurs délais.

Située au niveau 13 du CHU Côte de Nacre, au sein du département de neurologie, l’UNV se compose de 16 lits (4 lits aigus et 12 lits post-aigus) et dispose pour son fonctionnement de deux neurologues spécialisés en pathologie neuro-vasculaire, d’infirmiers, d’aides-soignants spécialement formés, du concours de neuropsychologues, d’orthophonistes, d’un kinésithérapeute et d’un ergothérapeute, ainsi que d’une d’assistante sociale et d’une secrétaire.

Pour permettre à l’UNV d’atteindre ses objectifs, en particulier une prise en charge globale des patients, une organisation de la filière de soins en amont et en aval, par le bais de conventions de fonctionnement, a été mise en place avant son ouverture :

– en amont, avec le SAMU et le DATU
(département d’accueil et de traitement des urgences),

– au sein de l’établissement hospitalier

· avec les médecins en charge de l’imagerie cérébrale (Imagerie non invasive : scanner SI, IRM, scanner de perfusion, angio-scanner / neuroradiologie interventionnelle dans des cas spécifiques),

· avec les partenaires médicaux, notamment la cardiologie ou le service de médecine physique et de réadaptation (niveau 18 – voir ci-dessous « en aval »),

– en aval, avec les structures de soins de suite et de rééducation, dans lesquelles elle a accès par convention à 30 lits dédiés à la pathologie vasculaire cérébrale sur 4 sites (niveau 18 du CHU, Bétharram, Centre de Rééducation Fonctionnelle de Caen – Brocéliande, Aunay sur Odon), dont les médecins rééducateurs visitent 3 fois par semaine en alternance les patients de l’UNV.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.