Une plateforme technologique intégrée à un centre de recherche

Le 11 avril 2008, le CHU de Dijon a inauguré un concept unique en France : Une plateforme d'investigation technologique,intégrée à un Centre d'Investigation Clinique Pluri thématique.

Le 11 avril 2008, le CHU de Dijon a inauguré un concept unique en France : Une plateforme d’investigation technologique,intégrée à un Centre d’Investigation Clinique Pluri thématique.

Démarche unique en France, la plateforme d’investigation technologique est destinée à l’expérimentation clinique de nouveaux dispositifs médicaux ou de nouvelles technologies notamment d’aide aux personnes handicapées. La structure porte le nom de la généreuse donatrice qui a permis sa création : Denise Basin.

En partie équipée grâce à du matériel d’analyse du mouvement acquis au titre du contrat de plan Etat-Région, la plateforme est animée par du personnel hospitalier et hospitalo-universitaire, sous la responsabilité du Professeur Casillas, Chef de Service Médecine et Réadaptation, secondé par Claire Morisset, Ingénieur de recherche, par ailleurs Chargée de la valorisation pour le CHU et Membre du programme Synerjinov.

Cet espace d’innovation, de recherche et de développement d’idées ou de matériels répond aux besoins des laboratoires de recherche, du CRITT (Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologie) Marey en voie de création et/ou d’industriels désirant évaluer leurs
produits avant leur mise sur le marché.

Dans le futur la plateforme pourra étendre ses activités à l’évaluation d’autres dispositifs médicaux utilisables dans divers domaines de la pathologie.

Cette structure est intégrée au module Pluri thématique (coordonné par le Professeur Bardou) du Centre d’Investigation Clinique (coordonné par le Professeur Bonithon Kopp), rattaché au Pôle Recherche du CHU coordonné par le Professeur Didier.

Les moyens d’analyse actuellement disponibles sur la plateforme concernent
– l’analyse du mouvement sous tous les aspects cinétique, biomécanique et énergétique, et quel(s) que soi(en)t le ou les segments corporels utilisés
– l’analyse de la fonction de verticalité, de la posture et de l’équilibre
– l’analyse des réactions ventilatoires, cardiaques et circulatoires à l’effort

La recherche conduite chez l’Homme à des fins de prévention, de diagnostic et de traitement doit répondre d’une part à une méthodologie rigoureuse et d’autre part à une règlementation précise.
Le but des Centres d’Investigations Cliniques (CIC) est de satisfaire à cette double exigence. Compte tenu de problématiques différentes pour conduire des essais cliniques, chacun de ces centres peut avoir une ou plusieurs rientations correspondant à la préoccupation épidémiologique (CIC EC, à visée Epidémiologie Clinique) et/ou à la préoccupation diagnostic et thérapeutique (CIC P, Centre d’Investigation Clinique Pluri Thématique et CIT, Centre d’Investigation Technologique).

L’inauguration de la plateforme d’investigation technologique s’est déroulée en présence du Président du Conseil d’administration, François Rebsamen, du Directeur Général, Pierre-Charles Pons, de la Présidente de l’Université, Sophie Béjean, du Directeur de l’Agence Régionale de l’Hospitalisation, Olivier Boyer, et du Président du Conseil Régional, François Patriat.

Le CHU de Dijon disposait jusque récemment d’un CIC EC, auquel vient à présent s’ajouter un module CIC P, récemment labellisé par l’INSERM grâce à un projet mené sous l’impulsion du Président de la Commission Médicale d’Etablissement du CHU, le Professeur Girard, et en partenariat avec le Centre Georges François Leclerc, avec le soutien de l’Université de Bourgogne et de l’IFR Santé STIC.

Ces coopérations permettent de couvrir l’ensemble du champ des essais cliniques qu’il s’agisse des médicaments ou des dispositifs médicaux. Au total, 13 projets seront déployés, concernant particulièrement la cancérologie, la périnatalité, l’ophtalmologie et le handicap (ce dernier grâce à la Plateforme).

Une démarche unique en France
Il existe actuellement 53 Centres d’Investigation Clinique, répartis sur 34 sites. Parmi l’ensemble de ces structures, on compte 25 modules de CIC P, 8 de CIT, Dijon est le seul site intégrant une plateforme technologique dans son CIC P.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.