Une poupée pour expliquer les soins aux enfants hospitalisés

Pour dédramatiser la maladie et les interventions chirurgicales chez les jeunes patients, la clinique médicale pédiatrique du CHU de Nantes a imaginé une "poupée malade".

Pour dédramatiser la maladie et les interventions chirurgicales chez les jeunes patients, la clinique médicale pédiatrique du CHU de Nantes a imaginé une « poupée malade ».

Sensibilisés par leur pratique quotidienne auprès des enfants hospitalisés en pédiatrie, Claire Jolly, ergothérapeute en pédopsychiatrie et Maxime Jambu, éducateur de jeunes enfants, ont eu l’idée de proposer au personnel médical et paramédical un nouvel outil pédagogique pour préparer les enfants aux soins.

Forts de deux expériences où les soins furent expliqués avec une poupée en plastique auprès de deux enfants hospitalisés (injections d’insuline sur une fillette de 4 ans et examens approfondis sur une petite fille de 8 ans pour vérifier si elle souffrait de tuberculose), l’équipe fut totalement convaincue de la nécessité de proposer au personnel soignant un nouvel outil pour préparer les enfants et les parents à ces actes parfois angoissants.

En août 2006, grâce à un don de l’association Union nationale des insuffisants rénaux de Nantes (UNIR), l’équipe fait appel à une artiste afin de concevoir une « poupée malade ».

Le concept : proposer aux enfants et aux familles un personnage attrayant et simple, que les médecins utiliseraient pour expliquer et montrer de façon ludique les examens médicaux ou les opérations que doivent subir les enfants.

Isabelle Joly, artiste fabriquant des marionnettes, a rencontré à plusieurs reprises différents professionnels de la clinique médicale pédiatrique afin de définir les exigences techniques de la poupée.

Le ventre de la poupée s’ouvre. Apparaissent des organes faciles à manipuler : coeur, foie, poumons, intestins, estomac, reins… Car pour les enfants, le symbole compte davantage que les objets anatomiquement précis. Il peuvent s’identifier plus facilement à cette poupée. Et donc calmer leur angoisse avant une intervention.

Elle a été baptisée le 5 février 2007 « Toubidout » : comme toubib, comme doux et comme bidou.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.