Greffes d’organes optimisées par la télé imagerie

Depuis le 1er juillet 2013, les 5 établissements lorrains autorisés au prélèvement d’organes (CHU de Nancy, CHR de Metz-Thionville et CH d’Épinal, de Sarreguemines et de Verdun) et réunis au sein du réseau PRELOR mettent à disposition de tous les sites greffeurs en France et à l’étranger, les images radiologiques des reins, foies, poumons et cœurs prises chez les donneurs potentiels. Une 1ère en France !

Depuis le 1er juillet 2013, les 5 établissements lorrains autorisés au prélèvement d’organes (CHU de Nancy, CHR de Metz-Thionville et CH d’Épinal, de Sarreguemines et de Verdun) et réunis au sein du réseau PRELOR mettent à disposition de tous les sites greffeurs en France et à l’étranger, les images radiologiques des reins, foies, poumons et cœurs prises chez les donneurs potentiels. Une 1ère en France !

Résultats attendus : une prise de décision optimisée d’acceptation du greffon, un impact positif en termes de sécurité concernant le receveur et les équipes chirurgicales, ainsi qu’une optimisation des ressources humaines et financières avant la décision de mobiliser une équipe. Ce nouveau service améliore la chaîne de prélèvement et de greffe : temps de réponse raccourci des équipes de greffe et augmentation du nombre d’organes qualifiés, prélevés puis greffés.

Pour faciliter les prélèvements et diminuer les risques de pertes de greffons, PRELOR a repéré l’origine des difficultés évoquées par les équipes à savoir l’absence de lecture des images par le centre hospitalier greffeur et la discordance potentielle entre le compte-rendu du radiologue, l’évaluation des réanimateurs et l’évolution de l’état de santé du donneur.
En effet, la description anatomique des greffons reposait jusqu’à présent sur le seul compte-rendu radiologique. Avec ce dispositif, les équipes de greffes peuvent enfin accéder à l’iconographie réalisée, une réponse à une demande unanime.

En savoir plus sur
– le service informatique T-Lor promu par Télésanté Lorraine
Grâce à la collaboration de PRELOR avec le GCS Télésanté Lorraine pour l’utilisation du service de transfert d’images T-Lor, et le travail effectué en lien avec la société française Global Imaging Online, le réseau lorrain a désormais la possibilité d’ajouter aux comptes-rendus radiologiques, les codes de connexion au serveur Internet du GCS, donnant ainsi un accès simple et sécurisé aux images anonymisées, conformément à la loi. Ce projet, soutenu par l’ARS de Lorraine entre dans le cadre des objectifs du schéma interrégional d’organisation des soins sur les greffes visant à améliorer les prélèvements.

– PRELOR, réseau lorrain de prélèvements d’organes et de tissus, a été créé le 22 septembre 2008 sous l’égide de l’Agence Régionale de l’Hospitalisation de Lorraine. Une convention constitutive a été signée entre les cinq établissements autorisés au prélèvement d’organes de Lorraine. Créé conformément aux dispositions de l’article L.6321-1 du Code de la Santé Publique, le réseau PRELOR répond aux objectifs définis par la loi du 6 août2004 relative à la bioéthique qui précise dans son article 11 que « tous les établissements de santé, qu’ils soient autorisés ou non, participent à l’activité de prélèvement d’organes et de tissus en s’intégrant dans des réseaux de prélèvement ». Ambition de PRELOR : donner un nouvel élan à l’enjeu majeur de santé publique qu’est le don d’organes en vue de greffes en Lorraine. Bilan globalement positif puisque le réseau a permis d’augmenter de 5% le nombre de donneurs recensés en 2012 et de 17,4 % le nombre de personnes prélevées par rapport à 2011.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.