Une question d’équilibration

Patiente réalisant l'EQUITESTL'Equitest est un équipement installé au CHU de Nancy et qui a peu d'équivalent en France. Cet appareil de posturographie permet de déterminer quels sont le ou les sens à l'origine du trouble de l'équilibre chez une personne. En entrant dans l'Equitest, le patient doit revêtir un harnais et poser les pieds sur une plate-forme mobile dotée de capteurs...

L’Equitest est un équipement installé au CHU de Nancy et qui a peu d’équivalent en France. Cet appareil de posturographie permet de déterminer quels sont le ou les sens à l’origine du trouble de l’équilibre chez une personne. En entrant dans l’Equitest, le patient doit revêtir un harnais et poser les pieds sur une plate-forme mobile dotée de capteurs…

La personne testée doit effectuer une série d’exercices en ayant les yeux fixés sur un décor. L’Equitest, de fabrication américaine, permet de comprendre quelles sont les entrées sensorielles – oreille interne, vision ou sensibilité cutanée plantaire, voies d’entrées de l’équilibration mobilisées ou non par les patients, enfants ou adultes, souffrant de vertiges ou de troubles de l’équilibre. « Ces trois vecteurs d’information transmettent au cerveau des éléments qui, comparés au vécu antérieur du patient, vont lui permettre de stabiliser le regard et la posture » explique le Pr Philippe Perrin, praticien hospitalier ORL dans l’établissement. A titre d’exemple, les entrées sensorielles se modifient chez les personnes âgées qui deviennent plus dépendantes de leur vision alors que leur vue baisse généralement à cet âge. D’où la nécessité de proposer à certains patients des activités physiques qui favorisent la perception du corps, comme le yoga ou la gymnastique, afin de maintenir leur sensibilité corporelle.

L’examen, d’une durée de 15 minutes, permet d’évaluer l’aptitude de la personne à stabiliser sa posture. L’oreille interne, la vision et la proprioception interviennent dans l’équilibre. Les conditions de test visent à supprimer ou à fausser une ou plusieurs de ces entrées sensorielles de l’équilibre. Par exemple, l’environnement visuel peut être asservi aux mouvements du patient, ce qui trompe la vision ; la plate-forme peut également osciller avec le patient (plate-forme stabilisée), ce qui trompe la proprioception. Ce bilan permet donc d’évaluer l’aptitude d’une personne à stabiliser la posture, une ou plusieurs informations sensorielles étant supprimées ou erronées.


Patiente réalisant l’Equitest. Au premier plan, le Pr Philippe Perrin

Le Pr Perrin, responsable de l’enseignement de physiologie à l’Unité de Formation et de Recherche des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives et du Master d’Ergonomie, Biomécanique, Motricité, Physiologie du Travail à la Faculté de médecine de Nancy, coordonne chaque année un congrès international consacré à l’équilibre. L’édition 2009 avait pour thématique le mal des transports : là encore une question d’équilibration.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.