Une salle « hybride » au CHRU de Besançon

Au début de l’été 2011, le pôle de cardiologie du CHRU de Besançon s’est doté d’une salle hybride, à mi-chemin entre la salle d’opération et la salle de cardiologie interventionnelle. Son inauguration coïncide avec la pose de la centième valve aortique.

Au début de l’été 2011, le pôle de cardiologie du CHRU de Besançon s’est doté d’une salle hybride, à mi-chemin entre la salle d’opération et la salle de cardiologie interventionnelle. Son inauguration coïncide avec la pose de la centième valve aortique.
Localisée dans le secteur de cathétérisme interventionnel du pôle de cardiologie, cette salle dite hybride répondra à la fois à l’activité médico-chirurgicale non invasive (cathétérisme) et à l’activité d’électrophysiologie. S’y dérouleront notamment des ablations complexes (3D) offrant de nouvelles solutions thérapeutiques aux troubles de rythmes cardiaques.
L’activité de mise en place de valve aortique percutanée a été développée par les équipes médicales et chirurgicales du pole Cœur-Poumon du CHRU, en partenariat avec les équipes de Mulhouse et de Dijon ; une coopération originale qui a reçu l’agrément ministériel. Ainsi, les trois régions sont en mesure de proposer une pose de valve cardiaque par méthode mini-invasive aux patients à risque. Cet acte interventionnel ne nécessite qu’une incision au pli de l’aine ou sous le sein gauche. Des cathéters, puis la valve, sont alors mis en place à l’aide d’un équipement d’imagerie Rayons X dédié aux actes interventionnels. 
La centième valve aortique posée au CHRU de Besançon s’ajoute aux 15 000 déjà mises en place en Europe, ces derniers mois. Ces innovations permettent aux futurs acteurs, médecins et chirurgiens, de se former à des techniques interventionnelles de dernière génération, dans un environnement aseptique, pour des patients relevant du bloc opératoire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.