Une situation financière enviable et un programme d’investissement de 150 M€

Un an et demi après son arrivée à la tête du CHU d'Angers, Yann Bubien présente un premier bilan excédentaire de 828 000 euros. De bons résultats qui s'inscrivent dans la continuité puisque le budget du CHU d'Angers est à l'équilibre depuis 2007.

Un an et demi après son arrivée à la tête du CHU d’Angers, Yann Bubien présente un premier bilan excédentaire de 828 000 euros. De bons résultats qui s’inscrivent dans la continuité puisque le budget du CHU d’Angers est à l’équilibre depuis 2007.
Dans le même temps, la dette du CHU a diminué de plus 11 millions, passant de 124,5 M€ fin 2011 à 113 M€ fin 2012. La  situation saine de la trésorerie du CHU aura permis  à l’établissement de procéder à des remboursements d’emprunt par anticipation. Par ailleurs au-delà d’une diminution du montant de la dette, c’est la qualité même de celle-ci qui s’est améliorée. Le seul emprunt dit "toxique" a été renégocié ; désormais 85% de la dette est classée 1A et 15 % 1B selon la Charte Gissler. Ainsi, depuis 2012 le CHU d’Angers respecte les 3 ratios fixés par la direction générale de l’offre de soins (DGOS) pour recourir à l’emprunt sans autorisation préalable.  En un an, le niveau de trésorerie s’est également nettement amélioré pour être aujourd’hui considéré comme très satisfaisant. Fin 2012, le solde Banque de France s’élevait à 9.2 M€ contre 0.2 M€ fin 2011. Ces résultats, traduction des comptes définitivement arrêtés, sont à mettre en perspective avec la démarche de certification des comptes dans laquelle s’est engagé activement l’établissement. 
Quant à la capacité d’autofinancement, elle demeure stable de l’ordre de 30,5 M€ par an.

Grâce à cette bonne santé financière, le CHU peut lancer avec assurance son programme d’investissement de 150 millions qui compte 3 chantiers d’envergure : le projet Robert Debré 2015, la restructuration de l’Hôtel Dieu Nord, l’extension du bâtiment Larrey.
Une situation qui profite aussi directement au personnel à travers la création d’emplois, la promotion professionnelle, l’amélioration des conditions de travail et l’essor de la recherche médicale. En 2012, le dynamisme du Centre Hospitalier Universitaire aura permis la création de 50 postes. Ce dont Jean-Claude Antonini, Président du Conseil de surveillance, se félicite rappelant qu’à ses yeux "Cette gestion financière maîtrisée doit servir à préparer sereinement l’avenir du CHU, le développement de la recherche et les projets pour renforcer encore la qualité des soins". 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.