Une toute nouvelle unité mobile au sein de la filière Alzheimer

Créée en janvier 2009 par le service de Gérontologie clinique, l'Unité de Prise en charge Extrahospitalière de la Précarité Cognitive, encore appelée UPEPC vient compléter la filière de soins Alzheimer et syndromes apparentés du CHU. Son offre de soins comprend des consultations mémoire, un hôpital de jour et une hospitalisation complète en NeuroPsychogériatrie. Et différence notable par rapport aux autres unités mobiles : l'équipe* se déplace chez les patients. Son objectif : privilégier le maintien à domicile et surtout éviter les transferts inadaptés.

Créée en janvier 2009 par le service de Gérontologie clinique, l’Unité de Prise en charge Extrahospitalière de la Précarité Cognitive, encore appelée UPEPC vient compléter la filière de soins Alzheimer et syndromes apparentés du CHU. Son offre de soins comprend des consultations mémoire, un hôpital de jour et une hospitalisation complète en NeuroPsychogériatrie. Et différence notable par rapport aux autres unités mobiles : l’équipe* se déplace chez les patients. Son objectif : privilégier le maintien à domicile et surtout éviter les transferts inadaptés.

En effet, l’orientation des patients vers la filière de soins Alzheimer n’est pas systématique surtout quand la famille traverse une crise. Ainsi les médecins du pôle Gériatrie déplorent les fréquents transferts non adaptés aux Urgences, les hospitalisations sous contraintes ou encore des entrées en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ; prises en charge non anticipées et donc effectuées dans de mauvaises conditions.

L’UPEPC s’adresse à des patients âgés de plus de 75 ans, valides, présentant des troubles des fonctions intellectuelles et du comportement, sans antécédent psychiatrique connu ou évolutif (prise en charge psychiatrique sectorielle classique), avec des problématiques complexes à domicile. Les situations rencontrées peuvent aller du refus de soins à un contexte familial et psychosocial vulnérable en passant par des conduites à risque, voire une suspicion de maltraitance…

Permettre le maintien à domicile
L’objectif est de proposer et de valider, par une évaluation gériatrique et psychologique du patient à domicile, un projet de soin en lien étroit avec le médecin traitant et en collaboration avec les différentes structures existantes comme le Centre Local d’Information et de Coordination pour les personnes âgées (CLIC) ou le réseau AMADIS (Avenir Maintien A Domicile Innovant Stéphanois).

Le médecin généraliste demeure le pivot de cette prise en charge, c’est pourquoi tous les médecins libéraux de la Loire ont été conviés le 15 janvier dernier à une soirée de présentation de l’UPEPC.

L’équipe mobile peut proposer au patient la mise en place d’aides, une prescription médicamenteuse ou un suivi en consultations hospitalières ou, si nécessaire, une hospitalisation programmée, de jour ou complète. La demande de prise en charge est effectuée au travers d’une fiche de signalement à adresser à l’équipe mobile.

L’équipe mobile est constituée
– d’un médecin gériatre, le Dr Aude Corbin-Seguin,
– d’une psychologue, Loraine Combe,
– d’une secrétaire, Françoise Bruyère,
en lien avec le Pr Régis Gonthier – chef du service de Gérontologie clinique, le Dr Chantal Girtanner, le Dr Jean-Michel Dorey, Dr Catherine Terrat et le Dr Denis Federico.
L’équipe peut être contactée au 04 77 12 71 20
– le mardi et le jeudi de 9 h à 17 h
– le vendredi de 9 h à 12 h
ou href= »mailto:upepc@chu-st-etienne.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.