Une « Trajectoire 2017 » prometteuse

Des résultats financiers très encourageants malgré un contexte national difficile, des réorganisations d’activité favorisant leur essor, des innovations médicales de haut niveau, des projets de recherche nationaux et internationaux. Saint-Etienne se félicite de porter haut les couleurs hospitalo-universitaires et aborde avec confiance la « Trajectoire 2017 » définie dans son projet d’établissement Retour sur 12 mois intenses…

Des résultats financiers très encourageants malgré un contexte national difficile, des réorganisations d’activité favorisant leur essor, des innovations médicales de haut niveau, des projets de recherche nationaux et internationaux. Saint-Etienne se félicite de porter haut les couleurs hospitalo-universitaires et aborde avec confiance la « Trajectoire 2017 » définie dans son projet d’établissement Retour sur 12 mois intenses…
Des résultats qui confortent obtenus grâce aux efforts des équipes
Le développement très dynamique de la chirurgie ambulatoire qui sera encore agrandie en 2015, le regroupement de plusieurs services chirurgicaux et médicaux pour améliorer les capacités et favoriser la mutualisation des moyens, l’ouverture d’un hôpital de jour « fragilité » en Gériatrie, la création d’une nouvelle unité Mobile Neuro-Psycho-Gériatrique et d’une équipe mobile d’hygiène pour intervenir en EHPAD.
Des transformations notables ont eu lieu en psychiatrie : réorganisation du secteur du Gier, ouverture du service de réhabilitation psycho sociale. A souligner aussi les partenariats avec les établissements hospitaliers voisins et son engagement citoyen avec le lancement d’un comité d’éthique territorial.
Des évolutions conduites dans un cadre budgétaire contraint
Des efforts importants sont menés par toutes les équipes du CHU. La « marge brute » dégagée par l’établissement est ainsi passée de 9,7 M€ en 2008 (3,1%) à 25,9 M€ en 2013 (5,7%) soit une progression de +2,6 points sur les cinq dernières années. En 2014, la marge du CHU atteint 30 M€ (soit 6,5%), objectif fixé par le Ministère et contractualisé avec l’Agence Régionale de Santé (ARS). Dans la situation où se trouvait le CHU de Saint-Etienne depuis 2008, c’est un progrès considérable.
Le COPERMO (Comité interministériel pour la Performance et la Modernisation des établissements de santé) a salué la capacité du CHU à retrouver l’équilibre et à rétablir ses marges d’investissement dans le cadre d’une gouvernance engagée et consensuelle.
Le Contrat de Retour à l’Équilibre Financier (CREF), signé en décembre 2013, formalise les engagements mutuels du CHU et de l’ARS, avec notamment un taux de marge de 8% en 2016, tout en poursuivant le désendettement. Des étapes progressives ont été négociées pour chaque année, avec des aides liées aux résultats.
En soutien à ces bons résultats financiers, la progression d’activité + de 2%, et sa meilleure valorisation de +3%. L’année 2014 est marquée par le développement rapide de la chirurgie ambulatoire dans l’ensemble des spécialités : 4 500 patients pris en charge en 2014, le taux de chirurgie ambulatoire a progressé de 5 point en un an, soit 20% d’augmentation, pour atteindre un taux de 30 %, ce qui est remarquable pour un CHU.
Une politique qualité au service du patient
Le CHU a reçu en novembre les experts-visiteurs de la Haute Autorité en Santé, pour achever la certification. A la suite de cette visite de suivi, les experts ont tenu à saluer le très important travail mené par l’ensemble des services. Leurs constats très encourageants devraient permettre une décision prochaine de la HAS certifiant l’établissement.
2014, une année riche en événements positifs…
2014 a permis de célébrer plusieurs anniversaires tels que les 10 ans de la cuisine centrale, qui fabrique chaque jour 7 500 repas, et les 50 ans de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers, cher aux Stéphanois.
… mais aussi émaillée d’incidents.
Un incendie s’est produit dans un bâtiment de Psychiatrie de l’Hôpital Nord en juin. Plusieurs unités ont été touchées mais les dégâts, importants, n’ont été que matériels, grâce à la remarquable mobilisation des personnels du CHU et à l’intervention très efficace des sapeurs-pompiers de la Loire. Cet événement a montré la grande solidarité dont tous les services du CHU étaient capables.
En novembre une panne informatique mis hors service les équipements du système de stockage des données. Ni la qualité des soins ni les délais de prise en charge n’ont été impactés, grâce là encore, à la très forte mobilisation des équipes informatiques et au professionnalisme des équipes de soin.
En 2014, le CHU de Saint-Etienne confirme sa position de pôle de référence
De nombreux services du CHU se sont distingués, parmi eux : l’équipe de chirurgie cardio-vasculaire qui développe le remplacement de la valve aortique par voie exclusivement endoscopique. Cette nouvelle technique de chirurgie mini-invasive, « première au niveau mondial », a été annoncée en janvier 2014. Elle réduit considérablement les risques et les suites opératoires pour les patients éligibles. Elle suppose une grande maîtrise technique, et des équipes médicales et soignantes de haut niveau.

L’équipe de chirurgie digestive a réalisé en juin 2014 une colectomie totale pour la première fois en chirurgie ambulatoire. Cette « première européenne » conforte l’impulsion donnée à la chirurgie ambulatoire, en plein essor au CHU, qui répond à l’attente des patients pour retrouver plus rapidement son domicile.
En parallèle, le CHU s’est doté d’équipements de pointe, dont certains sont uniques en Europe. Le service de Dermatologie dispose de l’une des plateformes d’imagerie les plus performantes en Europe (microscopie confocale in et ex vivo) et conduit plusieurs projets de recherche avec de nombreux autres services de chirurgie du CHU. La technique de microscopie confocale est également utilisée par d’autres spécialités, telle la pneumologie.
L’unité de rythmologie, rattachée au service de cardiologie, est le premier centre européen équipé de deux salles robotisées par stéréotaxis. Ce système robotisé magnétique est utilisé pour traiter les troubles complexes du rythme cardiaque. La seconde salle sera inaugurée le 3 février prochain.
Depuis le mois de septembre 2014, le service d’Urologie dispose d’un laser HoLEP (Enucléation de l’Adénome par Laser Holmium Prostatique) pour le traitement de l’adénome de la prostate, technique qui permet d’éviter la chirurgie ouverte et qui réduit le temps d’hospitalisation (installation des équipements complémentaires en cours).

Lors du 18ème congrès mondial de bronchologie et de pneumologie interventionnelle à Kyoto, en avril dernier, le Pr Jean-Michel Vergnon a reçu le prix de la société scientifique mondiale WABIP, le "WABIP-Dumon" Award. Ce prix décerné par un jury international, a récompensé son action et sa carrière en faveur de la pneumologie interventionnelle.
Les équipes du CHU se sont distinguées également en mettant en place en 2014 de nouvelles consultations innovantes sur le plan national, comme la consultation « Sport et femmes », ou encore la consultation « Bien-être et souffrance au travail ».
Recherche, la reconnaissance de l’excellence des équipes
Le GIRC Thrombose France, réseau national coordonné depuis plusieurs années déjà par le CHU de St Etienne, a obtenu, avec 7 autres réseaux, la labellisation FCRIN (French Clinical Research Infrastructure Network) dans le cadre d’un appel d’offres national sur les réseaux de recherche d’excellence. Le nouveau réseau, qui a pris le nom d’INNOVTE, devra développer la recherche translationnelle et les études à dimension européenne sur la maladie thromboembolique veineuse qui touche 150 000 personnes chaque année en France.
Au début de l’année 2015, le CHU de Saint-Etienne a engagé le projet PRONOMOS, essai thérapeutique de dimension internationale d’un nouveau traitement anti thrombotique et dont le CHU est promoteur, grâce au financement d’un laboratoire pharmaceutique.

2015, année abordée avec confiance et conscience des enjeux

A horizon 2018-2019, Saint-Etienne deviendra un « CHU à 2 sites » : l’Hôpital Nord et l’Hôpital Bellevue. Ce regroupement qui améliorera l’accès des usagers, la coordination des prises en charge, la mutualisation des moyens, et le gain de temps pour les professionnels. L’Hôpital Nord abritera toutes les activités de court séjour médicales et chirurgicales, de maternité, de pédiatrie et de psychiatrie sur. De son côté L’Hôpital Bellevue réunira les activités de rééducation et de gériatrie dans la dynamique du Pôle gérontologique et de l’autonomie de Saint-Etienne.

Ces opérations permettent la fermeture du site de Trousseau au 1er semestre 2015 et, à moyen terme, de la Charité. Pour y parvenir le projet de construction d’un nouveau bâtiment de Soins de Longue Durée (160 lits) à Bellevue a été déposé. Il est programmé d’ici 2018.

L’Hôpital Nord verra en 2015 l’ouverture du Pôle Santé, avec l’installation de la Faculté de Médecine, du Centre Ingénierie et Santé de l’Ecole Nationale Supérieure des Mines, de l’Institut Régional de Médecine en Ingénierie du Sport et du Pôle des Technologies Médicales. Le Pôle Santé a pour ambition de structurer la formation, la recherche et le développement des innovations dans le domaine des Sciences et Ingénierie de la Santé. C’est une logique de « campus » qui a peu d’exemples comparables en France, associant hôpital, université, école des mines, laboratoires de recherche, entreprises, ainsi que les collectivités territoriales (Ville, Métropole, Région).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.