Une traversée de la Manche à la nage pour la recherche sur le cancer de l’amiante

A près de 50 ans, Véronique Fresnel-Robin sera l’une des 10 premières françaises à traverser la Manche seule à la nage. Un exploit sportif qu'elle souhaite réaliser en juillet 2020 pour soutenir la recherche menée au CHU de Lille sur le mésothéliome pleural malin, plus communément appelé le "cancer de l'amiante".
A près de 50 ans, Véronique Fresnel-Robin sera l’une des 10 premières françaises à traverser la Manche seule à la nage. Un exploit sportif qu’elle souhaite réaliser en juillet 2020 pour soutenir la recherche menée au CHU de Lille sur le mésothéliome pleural malin, plus communément appelé le "cancer de l’amiante". 
"Mon père est décédé d’un cancer en 2011, développé suite aux nombreuses expositions à l’amiante au début de sa vie professionnelle. Je me suis lancée le défi de traverser la manche seule à la nage pour sensibiliser le grand public sur la question de l’amiante. J’ai cherché un appui médical à ma cause, le Professeur Arnaud Scherpereel, chercheur au CHU de Lille a tout de suite répondu présent", témoigne Véronique Fresnel-Robin.
Véronique explique dans une vidéo la maladie de son père, sa passion pour la nage, son challenge, son combat et sa rencontre avec le Pr Arnaud Scherpereel.

Des cancers en hausse

Vingt-deux ans après l’interdiction de l’amiante, les cancers de la plèvre, "sont toujours plus nombreux", selon un rapport de l’agence sanitaire Santé publique France (SpF) qui estime qu’"aujourd’hui 1 100 nouveaux cas surviennent chaque année en France". L’agence sanitaire juge donc nécessaire de renforcer l’information et la prévention.
Le CHU de Lille est le centre coordonnateur national des centres experts de prise en charge du mésothéliome pleural malin, un cancer rare mais d’incidence croissante et de pronostic global mauvais. En collaboration avec les acteurs de recherche du territoire, l’équipe du Professeur Arnaud Scherpereel, chef du service pneumologie et oncologie du CHU de Lille, a développé un centre reconnu de recherche clinique et translationnelle, proposant aux patients des prises en charge innovantes telle que la thérapie cellulaire avec l’étude DENIM, étude européenne, où le CHU de Lille est le seul centre français.

Quelques chiffres clés 

1 000 nouveaux patients diagnostiqués par an en France du mésothéliome pleural malin, dont près d’une centaine dans la région Hauts-de-France.
Entre 20 et 50 ans  c’est le temps de latence habituel entre la fin de l’exposition à l’amiante et l’apparition de la maladie.
De 3 à 20 mois d’espérance de vie supplémentaires gagnés pour les patients, au fil de ces dernières années grâce la recherche menée au CHU de Lille (en fonction des patients, du stade de la maladie et des traitements pouvant être proposés). Des résultats encourageants qui sont en cours de consolidation, avec l’espoir de poursuivre ces progrès dans les années à venir. 
12 essais cliniques sur ces 5 dernières années, portant sur le mésothéliome pleural malin ont pu être proposés aux patients du CHU de Lille et de la région Hauts-de-France.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.