Une unité de soins continus, de réanimation néonatale et pédiatrique au rythme des tout-petits

Dans les années 80, un couloir périphérique isolait les enfants hospitalisés dans les unités de réanimation infantile. A travers les parois de verre, les familles pouvaient voir leur fille ou leur fils mais surtout pas les toucher. Aujourd'hui, l’heure est à la proximité et à la préservation du lien parents-enfants et l’architecture suit cette évolutionq. En témoigne le nouvelle unité inaugurée par le CHU de Poitiers qui réunit les soins continus, de réanimation néonatale pour les nouveaux nés à terme et les prématurés (nés à moins de 37 semaines), et de réanimation pédiatrique pour les nourrissons de plus d’un mois jusqu’aux enfants de 15 ans. Le CHU met en avant le nouvel agencement intérieur des 17 chambres qui peuvent toutes accueillir les parents - 14 chambres sont individuelles et 3 réservées aux jumeaux prématurés. Visite guidée...

Dans les années 80,  un couloir périphérique isolait les enfants hospitalisés dans les unités de réanimation infantile. A travers les parois de verre, les familles pouvaient voir leur fille ou leur fils mais surtout pas les toucher. Aujourd’hui, l’heure est à la proximité et à la préservation du lien parents-enfants et l’architecture suit cette évolutionq. En témoigne le nouvelle unité inaugurée par le CHU de Poitiers qui réunit les soins continus, de réanimation néonatale pour les nouveaux nés à terme et les prématurés (nés à moins de 37 semaines), et de réanimation pédiatrique pour  les nourrissons de plus d’un mois jusqu’aux enfants de 15 ans. Le CHU met en avant le nouvel agencement intérieur des 17 chambres qui peuvent toutes accueillir les parents – 14 chambres sont  individuelles et 3 réservées aux jumeaux  prématurés.  Visite guidée…
Des « soins personnalisés », ou « soins de développement », centrés sur les rythmes propres du nouveau-né
De récentes études ont démontré l’influence positive d’une présence parentale sur le développement de l’enfant aussi, les équipes hospitalières veillent-elles à préserver l’harmonie environnementale immédiate du bébé. A Poitiers, les soins de réanimation (ventilation assistée, suppléance d’organe) sont intégrés à une ambiance centrée sur la personne du nouveau-né et les parents sont invités à participer aux soins des bébés et au peau à peau.
De la même manière pour préserver l’équilibre et la tranquillité du nourrisson  -homéostasie neurosensorielle du nouveau-né, sonore, tactile et lumineuse -, l’organisation et l’équipement de l’unité ont été pensés pour assurer une surveillance rapprochée en évitant au maximum toute perturbation inutile : pose de capteurs non invasifs particulièrement adaptés aux très grands prématurés, doublage des moniteurs qui renvoient l’intégralité de la surveillance des paramètres vitaux, alarmes à l’extérieur de la chambre épargnant à l’enfant des stimulations sonore agressives.
La réanimation infantile du CHU de Poitiers est au centre d’un réseau informel pédiatrique et néonatal qui réunit des structures régionales et interrégionales. La fluidité de ces interactions accélère la prise en charge des enfants en défaillance provenant du territoire régional.
Les liaisons interrégionales concernent des enfants relevant de la neurochirurgie et de la chirurgie cardiaque. Ces deux spécia¬lités chirurgicales n’étant pas exercées sur le site du CHU de Poitiers, c’est le CHU de Tours qui est contacté de manière privilégiée compte tenu de sa proximité et des liens forts qui unissent les deux établissements. Si besoin est, les CHU de Nantes, Bordeaux ou Angers peuvent être sollicités pour des raisons de place ou de domiciliation.
La réanimation pédiatrique et néonatale poitevine est associée aux maternités, aux services de néonatologie et de pédiatrie, aux différents SAMU départementaux et au réseau Périnatal Poitou-Charentes, maillons d’une chaine qui préserve la santé des enfants gravement malades .
La fluidité de la communication entre la réanimation et ces services est le gage de l’efficacité de la prise en charge des patients en défaillance.
La réanimation pédiatrique et néonatale et les soins continus pédiatriques : les chiffres 2012
340 séjours de nouveau-nés (60 % de l’activité de réa¬nimation) qu’ils soient prématurés (moins de 37 semaines d’aménorrhée jusqu’à 25 ) pour la prise en charge de leur prématurité ou bien à terme en défaillance d’un ou plusieurs organes.
230 séjours de patients d’âge pédiatrique (40 % de l’activité de réanimation) en détresse grave ou relevant d’une prise en charge chirurgicale pédiatrique spécialisée. Cette activité est en augmentation régulière.
380 séjours dans l’unité de soins continus pédiatriques. Ouverte en 2010, cette unité est une des premières créées en France ;  son activité croit régulièrement. Les soins et de la surveillance pratiqués se situent entre les soins ordinaires de pédiatrie et la réanimation pédiatrique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.