Une unité de Soins Palliatifs proche de ses patients et de leur entourage

14 mois après l’ouverture d’une Unité de Soins Palliatifs (USP) de 10 chambres, le CHU de Nîmes dresse un premier bilan d’activité. 213 patients ont été accueillis pour 247 séjours d'une durée moyenne de 13 jours. Atteints de maladies graves, évolutives ou en phase terminale et en situation complexe, les trois quarts d'entre eux souffrent d’un cancer, 20% de pathologie neurologique et 10% d’insuffisance d’organes. Elles ont été adressées à l'USP soit par les services du CHU, les urgences ou bien elles arrivent directement de leur domicile et plus ponctuellement d’établissements du Gard, de l’Hérault et du Vaucluse.

14 mois après l’ouverture d’une Unité de Soins Palliatifs (USP) de 10 chambres, le CHU de Nîmes dresse un premier bilan d’activité.  213 patients ont été accueillis pour 247 séjours d’une durée moyenne de 13 jours. Atteints de maladies graves, évolutives ou en phase terminale et en situation complexe, les trois quarts d’entre eux souffrent d’un cancer, 20% de pathologie neurologique et 10% d’insuffisance d’organes. Elles ont été adressées à l’USP soit par les services du CHU, les urgences ou bien elles arrivent directement de leur domicile et  plus ponctuellement d’établissements du Gard, de l’Hérault et du Vaucluse.
Au cœur de la prise en charge : les besoins et souhaits du patient
L’équipe pluridisciplinaire est composée de médecins, cadres se santé, infirmiers, aides-soignantes, assistantes sociales, kinésithérapeute, ergothérapeute, psychologues, musicothérapeutes, diététicienne et bénévoles. Elle est présente pour le patient et également pour son entourage. Les proches sont les bienvenus 24h/24 dans le service où des espaces, salons et coin enfants, leur sont réservés.
Un retour à domicile facilité
L’équipe est au service du patient et de son entourage, que l’hospitalisation soit de courte durée avec évaluation et traitement des symptômes ou qu’il s’agisse d’un séjour de répit et de soins de fin de vie. Chaque fois que cela s’avère possible et souhaité, l’équipe organise, le retour à domicile, facilité par les partenariats avec les hospitalisations à domicile (HAD), le réseau de  soins palliatifs et les équipes mobiles. Une disposition choisie par environ 40 % des patients traités dans l’unité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.