Une unité d’exploration fonctionnelle spécialisée dans la surveillance des patients épileptiques

En France 500 000 personnes -dont plus de 50% d'enfants- sont touchées par l'épilepsie, un mal encore entaché par d'obscures croyances. L'unité d'exploration de l'épilepsie du CHU de Lille accueille les patients épileptiques dans une structure spécialement conçue pour une surveillance continue.

Installée dans le service de neurologie adulte du Pr Destée, l’unité est composée d’une salle de contrôle qui communique avec les 4 chambres adultes ; la chambre enfant se trouvant en neurologie pédiatrique.

Une surveillance 24H/24

Chaque patient est filmé 24h/24 et son électro-encéphalogramme est enregistré en permanence. La salle de contrôle reçoit les images et l’EEG du patient.
Un second poste de contrôle est installé dans la chambre même. L’examen clinique et l’analyse des crises permettent de déterminer le type d’épilepsie, généralisée ou partielle. La nuit, l’équipe de neurologie prend le relais de la surveillance grâce à un moniteur installé dans la salle de garde où plusieurs infirmières ont été formées à ce suivi.

Un ingénieux système portable améliore le confort du patient lui permettant de se déplacer en restant relié à l’appareil. Le lit est équipé d’une télécommande pour que le patient puisse lancer un signal sur l’EEG à l’approche d’une crise.

Des examens nécessaires au diagnostic et à la définition de la stratégie thérapeutique

Ce dispositif permet d’étudier très précisément les crises du patient. « Le couplage caméra et EEG est indispensable car certaines formes de crises sont quasiment indétectables sur la vidéo et seul l’EEG permet de les déceler. » explique le Pr Derambure. L’IRM et la débimétrie sont des examens complémentaires qui aident à déterminer le type d’épilepsie et la stratégie thérapeutique à adopter.

Depuis son ouverture en septembre 1999, l’unité d’exploration de l’épilepsie a reçu 250 patients.

20 d’entre eux ont été orientés vers Paris pour subir une opération chirurgicale car le traitement médicamenteux reste parfois inefficace.

Lexique
Epilepsie :
les neurones, cellules nerveuses du cerveau, sont parcourus en permanence par des influx nerveux semblables à des courants électriques ? Chez les patients épileptiques une partie des neurones présentent une hyperexcitabilité qui peut déclencher une crise à tout moment, un peu comme un court-circuit. Lorsque l’ensemble des hémisphères cérébraux est touché, on parlera alors d’épilepsie généralisée, si c’est une zone plus ou moins localisée du cerveau, on parlera d’épilepsie partielle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.