Une unité d’exploration fonctionnelle spécialisée dans la surveillance des patients épileptiques

En France 500 000 personnes -dont plus de 50% d'enfants- sont touchées par l'épilepsie, un mal encore entaché par d'obscures croyances. L'unité d'exploration de l'épilepsie du CHU de Lille accueille les patients épileptiques dans une structure spécialement conçue pour une surveillance continue.

Installée dans le service de neurologie adulte du Pr Destée, l’unité est composée d’une salle de contrôle qui communique avec les 4 chambres adultes ; la chambre enfant se trouvant en neurologie pédiatrique.

Une surveillance 24H/24

Chaque patient est filmé 24h/24 et son électro-encéphalogramme est enregistré en permanence. La salle de contrôle reçoit les images et l’EEG du patient.
Un second poste de contrôle est installé dans la chambre même. L’examen clinique et l’analyse des crises permettent de déterminer le type d’épilepsie, généralisée ou partielle. La nuit, l’équipe de neurologie prend le relais de la surveillance grâce à un moniteur installé dans la salle de garde où plusieurs infirmières ont été formées à ce suivi.

Un ingénieux système portable améliore le confort du patient lui permettant de se déplacer en restant relié à l’appareil. Le lit est équipé d’une télécommande pour que le patient puisse lancer un signal sur l’EEG à l’approche d’une crise.

Des examens nécessaires au diagnostic et à la définition de la stratégie thérapeutique

Ce dispositif permet d’étudier très précisément les crises du patient. « Le couplage caméra et EEG est indispensable car certaines formes de crises sont quasiment indétectables sur la vidéo et seul l’EEG permet de les déceler. » explique le Pr Derambure. L’IRM et la débimétrie sont des examens complémentaires qui aident à déterminer le type d’épilepsie et la stratégie thérapeutique à adopter.

Depuis son ouverture en septembre 1999, l’unité d’exploration de l’épilepsie a reçu 250 patients.

20 d’entre eux ont été orientés vers Paris pour subir une opération chirurgicale car le traitement médicamenteux reste parfois inefficace.

Lexique
Epilepsie :
les neurones, cellules nerveuses du cerveau, sont parcourus en permanence par des influx nerveux semblables à des courants électriques ? Chez les patients épileptiques une partie des neurones présentent une hyperexcitabilité qui peut déclencher une crise à tout moment, un peu comme un court-circuit. Lorsque l’ensemble des hémisphères cérébraux est touché, on parlera alors d’épilepsie généralisée, si c’est une zone plus ou moins localisée du cerveau, on parlera d’épilepsie partielle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.