Une unité hospitalo-universitaire de chirurgie-dentaire contre la désertification médicale

Former de jeunes chirurgiens-dentistes à Caen et les inciter à s’installer en Basse-Normandie tel est le pari relevé par le CHU de Caen, la faculté d’odontologie de Rennes, représentée par sa doyenne Mme Anne Dautel et le conseil de l’ordre des chirurgiens-dentistes, représenté par son président Monsieur Richard Bredeche. Avec un taux de 3 427 habitants par cabinet dentaire, la Basse-Normandie figure en effet parmi les régions françaises les moins bien dotées (vingtième rang sur vingt deux)*.

Former de jeunes chirurgiens-dentistes à Caen et les inciter à s’installer en Basse-Normandie tel est le pari relevé par le CHU de Caen, la faculté d’odontologie de Rennes, représentée par sa doyenne Mme Anne Dautel et le conseil de l’ordre des chirurgiens-dentistes, représenté par son président Monsieur Richard Bredeche. Avec un taux de 3 427 habitants par cabinet dentaire, la Basse-Normandie figure en effet parmi les régions françaises les moins bien dotées (vingtième rang sur vingt deux)*.
Un déficit de professionnels qui pénalise la population lui imposant des délais d’attente de plus en plus longs pour un rendez-vous et des distances de plus en plus grandes pour se rendre à une consultation dentaire. Quant aux praticiens de secteur 1, ils se font de plus en plus rares…
 
Pallier l’absence d’attractivité et lutter contre la désertification
Chaque année la vingtaine d’étudiants lauréats du concours de fin de 1ère année commune des études de santé (PACES) à la Faculté de Médecine de Caen quittaient chaque année la région pour suivre leurs études en odontologie à la Faculté de Chirurgie-Dentaire de Rennes et ne revenaient jamais s’y installer. Pour les inciter à rester dans le Calvados, le CHU de Caen et la Faculté de Rennes ont porté ensemble l’ambitieux projet de créer au CHU de Caen une unité d’odontologie moderne et attractive pour de futurs praticiens. 
Offrir une palette complète de soins dentaires à la population
Installée au 14 étage, à proximité du service de chirurgie maxillo-faciale, l’unité d’odontologie du CHU offre aux patients une palette complète de soins : soins dentaires classiques, prothèses, implants, jusqu’à la greffe osseuse avec le concours des chirurgiens maxillo-faciaux. Les 6 fauteuils de la nouvelle unité sont ouverts à toute personne nécessitant des soins dentaires, quel que soit son âge, de 8h30 à 18h30 du lundi au vendredi.  Des soins spécifiques peuvent également être réalisés au CHU par les praticiens de l’unité, comme les soins aux enfants ou aux personnes handicapées.
L’équipe, intégrée au service de chirurgie maxillo-faciale du Pr Hervé Bénateau, est composée d’étudiants de dernière année de la Faculté d’odontologie de Rennes, encadrés par les chirurgiens-dentistes du CHU, Dr Pierre Cornilliet et Dr Guner Dogan et des chirurgiens-dentistes de ville.
Cette initiative a bénéficié du soutien déterminant des Présidents des Universités de Caen et de Rennes, du Doyen de la faculté de médecine de Caen, du conseil de l’ordre des chirurgiens-dentistes, du conseil économique, social et environnemental (CESER) de Basse-Normandie, et de l’appui financier du conseil régional de Basse-Normandie à hauteur de 220 000 euros.

*Source : OPCA PL 2010, Traitement Pollen conseil

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.