Une unité très hospitalière s’installe au CHRU de Lille

L'évolution de la prise en charge sanitaire des détenus répond à des objectifs de santé publique et s'inscrit dans la politique de décloisonnement menée depuis plusieurs années par le Ministère de la Justice et le Ministère de la Santé. 8 Unités d'Hospitalisation Sécurisée Interrégionale (UHSI) devront être construites sur le territoire métropolitain. Après Nancy, le CHRU de Lille a ouvert l'UHSI Nord-Pas-de-Calais le 25 octobre 2004. En deux mois, l'unité a déjà accueilli 41 patients.

L’évolution de la prise en charge sanitaire des détenus répond à des objectifs de santé publique et s’inscrit dans la politique de décloisonnement menée depuis plusieurs années par le Ministère de la Justice et le Ministère de la Santé. 8 Unités d’Hospitalisation Sécurisée Interrégionale (UHSI) devront être construites sur le territoire métropolitain. Après Nancy, le CHRU de Lille a ouvert l’UHSI Nord-Pas-de-Calais le 25 octobre 2004. En deux mois, l’unité a déjà accueilli 41 patients.

L’objectif poursuivi est d’assurer à la population incarcérée une «qualité et une continuité des soins équivalentes à celles dont dispose l’ensemble de la population».
L’UHSI est destinée à accueillir des détenus majeurs des deux sexes et les mineurs incarcérés de plus de 13 ans, dont l’état de santé justifie une hospitalisation, dans des conditions adaptées à ce public spécifique.

Une unité de 21 lits et de 19 chambres

Cette unité est dotée de 21 lits. 19 chambres sont installées. Deux chambres sont réservées aux patients handicapés. Elle comprend aussi un plateau technique pour répondre à la prise en charge des pathologies les plus fréquentes. L’équipe médicale et soignante est composée de 46 personnes dont 3 praticiens hospitaliers temps plein, sous la responsabilité de Monsieur le Professeur GOSSET.

Le fonctionnement de cette unité d’hospitalisation est fondé sur un partenariat entre le CHRU de Lille, l’administration pénitentiaire et les Services de Police Nationale et de gendarmerie.

UHSI : structure hospitalière implantée dans un CHU et qui vise à accueillir des détenus dont l’état de santé justifie une hospitalisation, dans des conditions adaptées à ce public spécifique.

L’évolution de la prise en charge sanitaire des détenus répond à des objectifs de santé publique et s’inscrit dans la politique de décloisonnement menée depuis plusieurs années par le Ministère de la Justice et le Ministère de la Santé.

A la suite de la parution du rapport du Haut Comité de Santé Publique en 1993, qui soulignait la gravité des problèmes de santé en prison, il a été décidé de transférer la prise en charge sanitaire des détenus du service public pénitentiaire au service public hospitalier.

Cette volonté s’est concrétisée par la loi du 18 janvier 1994 relative à la santé publique et à la protection sociale et ses textes d’application (décret du 27/10/94, circulaire du 8/12/94 et son guide méthodologique).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.