Une unité très hospitalière s’installe au CHRU de Lille

L'évolution de la prise en charge sanitaire des détenus répond à des objectifs de santé publique et s'inscrit dans la politique de décloisonnement menée depuis plusieurs années par le Ministère de la Justice et le Ministère de la Santé. 8 Unités d'Hospitalisation Sécurisée Interrégionale (UHSI) devront être construites sur le territoire métropolitain. Après Nancy, le CHRU de Lille a ouvert l'UHSI Nord-Pas-de-Calais le 25 octobre 2004. En deux mois, l'unité a déjà accueilli 41 patients.

L’évolution de la prise en charge sanitaire des détenus répond à des objectifs de santé publique et s’inscrit dans la politique de décloisonnement menée depuis plusieurs années par le Ministère de la Justice et le Ministère de la Santé. 8 Unités d’Hospitalisation Sécurisée Interrégionale (UHSI) devront être construites sur le territoire métropolitain. Après Nancy, le CHRU de Lille a ouvert l’UHSI Nord-Pas-de-Calais le 25 octobre 2004. En deux mois, l’unité a déjà accueilli 41 patients.

L’objectif poursuivi est d’assurer à la population incarcérée une «qualité et une continuité des soins équivalentes à celles dont dispose l’ensemble de la population».
L’UHSI est destinée à accueillir des détenus majeurs des deux sexes et les mineurs incarcérés de plus de 13 ans, dont l’état de santé justifie une hospitalisation, dans des conditions adaptées à ce public spécifique.

Une unité de 21 lits et de 19 chambres

Cette unité est dotée de 21 lits. 19 chambres sont installées. Deux chambres sont réservées aux patients handicapés. Elle comprend aussi un plateau technique pour répondre à la prise en charge des pathologies les plus fréquentes. L’équipe médicale et soignante est composée de 46 personnes dont 3 praticiens hospitaliers temps plein, sous la responsabilité de Monsieur le Professeur GOSSET.

Le fonctionnement de cette unité d’hospitalisation est fondé sur un partenariat entre le CHRU de Lille, l’administration pénitentiaire et les Services de Police Nationale et de gendarmerie.

UHSI : structure hospitalière implantée dans un CHU et qui vise à accueillir des détenus dont l’état de santé justifie une hospitalisation, dans des conditions adaptées à ce public spécifique.

L’évolution de la prise en charge sanitaire des détenus répond à des objectifs de santé publique et s’inscrit dans la politique de décloisonnement menée depuis plusieurs années par le Ministère de la Justice et le Ministère de la Santé.

A la suite de la parution du rapport du Haut Comité de Santé Publique en 1993, qui soulignait la gravité des problèmes de santé en prison, il a été décidé de transférer la prise en charge sanitaire des détenus du service public pénitentiaire au service public hospitalier.

Cette volonté s’est concrétisée par la loi du 18 janvier 1994 relative à la santé publique et à la protection sociale et ses textes d’application (décret du 27/10/94, circulaire du 8/12/94 et son guide méthodologique).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.