UniHA : 80 M€ de gains en 2013, 110 M€ en perspective

UniHA en 2013 c'est 80 M€ de gains sur un portefeuille d'achat de 2 milliards d’euros soit 25% des objectifs nationaux inscrits au PLFSS 2013. Leadership oblige, en 2015 le groupement ambitionne d'améliorer encore ce score pour atteindre les 110 M€ sur un portefeuille d’achat porté à 2,5 milliards d’euros. Et pour ce faire UniHA va investir de nouvelles familles de produits et services, en priorité l'énergie, les médicaments bio-similaires et les dispositifs médicaux. Réunis le 21 novembre 2013 en assemblée générale, les responsables de la 1ère organisation publique d’achat groupé veulent aussi encourager le déploiement de nouvelles stratégies...

UniHA en 2013 c’est 80 M€ de gains sur un portefeuille d’achat de 2 milliards d’euros soit 25% des objectifs nationaux inscrits au PLFSS 2013. Leadership oblige, en 2015 le groupement ambitionne d’améliorer encore ce score pour atteindre les 110 M€ sur un portefeuille d’achat porté à 2,5 milliards d’euros. Et pour ce faire UniHA va investir de nouvelles familles de produits et services, en priorité l’énergie, les médicaments bio-similaires et les dispositifs médicaux. Réunis le 21 novembre 2013 en assemblée générale, les responsables de la 1ère organisation publique d’achat groupé veulent aussi encourager le déploiement de nouvelles stratégies au service d’un Hôpital public plus attractif, offrant une palette plus vaste de soins ambulatoires et de parcours thérapeutiques territorialisés.
Le médicament : n°1 des gains
Le médicament représente toujours plus de la moitié des achats groupés (1,151 Mrd d’euros en 2012, soit 61 %) et des gains enregistrés. Année après année, il génère environ 10 M€ de nouvelles économies et ce malgré la répétition des mises en concurrence des marchés.
La performance énergétique : le plus gros appel d’offres public de gaz naturel
En 2013, UniHA a constitué un groupement d’une centaine d’hôpitaux et d’établissements afin de notifier à 7 fournisseurs des accords-cadres portant sur l’approvisionnement de 2 000 GWh en gaz naturel. Il s’agit du gros appel d’offres public d’achat de gaz naturel jamais publié. Ce volume prévisionnel représente près de 100 M€ au tarif réglementé de vente. Un gain de près de 15 % est attendu. Cet accord-cadre sécurise d’emblée la performance : la dépense annuelle aux tarifs réglementés de vente (TRV) de l’ensemble des établissements serait de 94 M€ TTC. Les engagements de prix maximum obtenus des meilleurs candidats, au stade de l’accord-cadre, donneraient une dépense de 82 M€ TTC, soit un gain minimum supérieur à 12 millions d’euros. Sur la durée, le potentiel de gains sur achat est compris entre 22 et 25M€ pour les membres UniHA.
Piloté par les HCL (Hospices Civils de Lyon), ce groupement rassemble, outre UniHA, l’UGAP, le Ministère de la Défense ainsi que des adhérents de la FEHAP et des SARA.
Un même mécanisme d’alliance pourrait régir le marché de l’électricité avec tout de même des perspectives de gains moindres sinon nulles puisque la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) annonce une hausse potentielle de 30 % du prix du KWh électrique, pour les plus proches années. UniHA souhaite alors jouer sur l’efficacité énergétique et les smart grids (effacement énergétique).
Les médicaments bio-similaires* : des gisements d’économie
Anticipant l’échéance prochaine de brevets de certaines molécules massivement prescrites,UniHA a décidé d’acheter les médicaments bio-similaires progressivement commercialisés. Le coût unitaire de ces derniers est en moyenne inférieur de 15 à 20 % à celui des médicaments princeps. Cette mesure apportera un gain estimé a minima à 15 % du chiffre d’affaires actuel. En identifiant six molécules prochainement concernées, UniHA table sur des gains potentiels à hauteur de 50 millions d’euros.
Les dispositifs médicaux : une mine d’économie grâce à un professionnalisme accru
Postes peu développés par UniHA en raison leur processus d’achat complexe, les commandes dispositifs médicaux requièrent l’association étroite des équipes d’acheteurs hospitaliers et d’utilisateurs. De plus, ce marché foisonne de références et d’acteurs économiques. L’objectif sur les prochaines années est de traiter environ les deux tiers de la famille, soit une cible d’environ 1 milliard d’euros pour un gain sur achat proche de 100 M€. En moyenne, le groupement table sur un gain de 20 M€ par an, ce qui suppose une professionnalisation de l’achat hospitalier et des stratégies innovantes.
Il en va de même des équipements biomédicaux, qui représentent un montant annuel d’achat proche de 400 M€ et des gains potentiels de 5 à 10%. Ces économies seraient obtenues en mobilisant des leviers complémentaires : approche en coûts complets, efficience des organisations, actions sur les recettes des établissements…
Fournisseurs ET partenaires
Pour aller plus loin et inscrire les fournisseurs dans la dynamique de transformation de l’hôpital, les acheteurs devront les inciter à concevoir des innovations produits et surtout organisationnelles répondant aux défis de demain.
Des applications sont déjà identifiées, comme l’organisation du circuit du médicament (stockage et dispensation individuelle nominative) ou le suivi des patients chroniques sur le territoire.
Marie-Georges Fayn
*Les médicaments bio-similaires sont des copies de médicaments originaux produits par le génie génétique et non issus de la synthèse chimique. Cette caractéristique de production les différencie des médicaments princeps ou génériques. Ils se distinguent de ces derniers car ils présentent des différences de matière première et de process de fabrication par rapport à l’original. Comme tout produit biologique, les médicaments bio-similaires sont uniques. Ces différences leur imposent de se soumettre à un certain nombre d’essais complémentaires afin d’obtenir une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché), telles qu’études comparatives pour démontrer leur similarité au produit de référence.

En savoir plus sur UniHA

Fondé en 2005, UniHA est le réseau coopératif d’achats groupés de 58 établissements hospitaliers publics français dont les 32 Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires. Ce Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) a pour vocation d’optimiser les achats de ces établissements. Selon les filières (15 au total qui couvent 150 marchés), UniHA figure parmi les dix plus gros acheteurs publics d’Europe. Avec un portefeuille achat du en 2013 de 2 Mrd€ TTC (1,885 Mrd€ en 2012), il est devenu le premier groupement d’achat public français. Les gains réalisés pour l’année 2012 s’élèvent à 80 M€ (63,11 M€ en 2012)
Le Volume d’achat potentiel des CHU et grands CH membres  est  estimé à 9 milliards d’euros

GCS UniHA
9, rue des tuiliers
69003 LYON
04 81 07 01 50
https://www.uniha.org/‎

Contact presse : Jean REMY – 06 75 91 38 15 – jean.remy@intelligible.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.