UniHA : l’hôpital dans la dynamique du monde économique

300 fournisseurs et 200 acheteurs hospitaliers se sont retrouvés dans le cadre de la 3ème édition de la convention entreprises UniHA qui s’est tenue à Montrouge, le 8 mars 2016. L’occasion pour le groupement de 67 établissements publics dont les 32 CHRU de rappeler la valeur ajoutée d’une fonction achat mutualisée et de dessiner la stratégie à venir. C’est aussi le moment de rappeler les objectifs quantifiés : en 2016, UniHA négociera pour 3 Mds € de commandes auprès de plus de 300 fournisseurs et générera des gains consolidés de 100M€ soit « 20% du total des économies attendues par le ministère sur les hôpitaux » rappelle avec satisfaction Bruno Carrièr
300 fournisseurs et 200 acheteurs hospitaliers se sont retrouvés dans le cadre de la 3ème édition de la convention entreprises UniHA qui s’est tenue à Montrouge, le 8 mars 2016. L’occasion pour le groupement de 67 établissements publics dont les 32 CHRU de rappeler la valeur ajoutée d’une fonction achat mutualisée et de dessiner la stratégie à venir. C’est aussi le moment de rappeler les objectifs quantifiés : en 2016, UniHA négociera pour 3 Mds € de commandes auprès de plus de 300 fournisseurs et générera des gains consolidés de 100M€ soit «20% du total des économies attendues par le ministère sur les hôpitaux » rappelle avec satisfaction Bruno Carrière, directeur général d’UniHA.

« Pour continuer sur sa lancée, c’est-à-dire proposer le meilleur service rendu au patient tout en dégageant des économies, UniHA dispose de trois leviers » a rappelé le responsable. En premier lieu, la massification des commandes qui va de pair avec la rigueur des contrats et procédure, la standardisation et le bon usage des produits et services. Le meilleur exemple étant les achats d’énergie sur les segments électricité et gaz naturel. Le marché groupé a réuni 300 hôpitaux pour un montant total annuel de 360M€. L’intervention d’UniHA a permis des baisses significatives rapportant 41M€ d’économies. A l’avenir, UniHA entend améliorer la situation des hôpitaux en matière d’effacement des énergies en agissant notamment sur la consommation d’électricité  et en adaptant les contrats aux règles très réactives du marché.

Deuxième levier, l’innovation. UniHA accompagne les start up dans la commercialisation de leurs produits, garantissant leur succès commercial dans la mesure où elles acceptent d’adapter leurs produits à la demande des équipes. Ainsi l’entreprise ATH médical qui propose des systèmes de traçabilité des kits ancillaires utilisés au bloc a mis au point des solutions qui génèrent un gain de temps pour les équipes et un taux de conformité de plus de 95%. Grâce au soutien du réseau, ATH Medical a pu conduire des tests grandeur nature et recruter une infirmière pour évaluer les retours des équipes. Cette année, UniHA crée un fonds partenarial de 50M€ pour aider les entreprises innovantes à co-construire les produits et services avec les hospitaliers, puis à accéder à la commande hospitalière. L’appel d’offres sera lancé dans quelques mois.

Troisième levier, l’inscription de l’hôpital dans un projet.
UniHA accompagne la transformation de l’hôpital dans toutes ses composantes et investit la R&D. "Ainsi, pour aller au-delà du taux de 40% en chirurgie ambulatoire souhaité par le ministère, il faut s’attacher à réduire le caractère invasif des actes chirurgicaux explique Nicolas Best, Directeur Général du Centre Hospitalier d’Annecy-Genevois. Plus on limitera le traumatisme opératoire, plus il sera possible de raccourcir le délai de surveillance. La solution résidera dans des produits anesthésiants sur mesure dont l’effet se rapprochera du temps de l’intervention. Or ce n’est pas encore le cas. Actuellement, pour une intervention sous anesthésie loco-régionale d’une demi-heure, la sensation de membre fantôme perdure durant 3 à 4h. Des progrès sont attendus… Même démarche pour le monitoring et le tracking. Pour éviter au patient de passer par la case surveillance post-interventionnelle un système de monitoring peut être déployé avec des capteurs qui suivent les constantes et peuvent alerter l’équipe en cas de complication. Ces évolutions vont amener à repenser les fauteuils et lits dans leur ergonomie et leur connexion. Et puis le futur, c’est aussi les dispositifs résorbables, la surveillance à domicile, la formation des patients et des aidants… Ces prospectives sont inspirantes et stimulantes pour les chefs d’établissement qui ont pour mission de préparer l’hôpital aux défis de demain. L’anticipation fait partie intégrante des stratégies d’achat"
Marie-Georges Fayn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.