Unique en France, une chirurgie mini invasive pour corriger la scoliose aux CHU de Lyon et de Grenoble

Une technique beaucoup moins agressive que la chirurgie classique de fusion vertébrale, permet, en faisant jouer la croissance, de redresser la colonne des enfants sans la priver de sa souplesse. Le Vertebral Body Tethering (VBT) consiste en la mise en place d'un câble souple le long de la colonne vertébrale grâce à une chirurgie mini invasive. Cette opération est pratiquée aujourd'hui à l'Hôpital Femme Mère Enfant- Hospices civils de Lyon et au CHU Grenoble Alpes.

Une technique beaucoup moins agressive que la chirurgie classique de fusion vertébrale, permet, en faisant jouer la croissance, de redresser la colonne des enfants sans la priver de sa souplesse. Le Vertebral Body Tethering (VBT) consiste en la mise en place d’un câble souple le long de la colonne vertébrale grâce à une chirurgie mini invasive. Cette opération est pratiquée aujourd’hui à l’Hôpital Femme Mère Enfant- Hospices civils de Lyon et au CHU Grenoble Alpes.

La scoliose est une déformation complexe de la colonne vertébrale. Elle peut entraîner des complications liées au déséquilibre rachidien et occasionner des douleurs d’ arthrose, des compressions nerveuses, ou encore une insuffisance cardiorespiratoire. Toute scoliose en période de croissance nécessite donc un suivi spécialisé et est prise en charge par le port d’ un corset dans 5 à 10% de c

Les limites de la chirurgie de fusion

Lorsque la déformation est trop importante et/ou échappe au traitement orthopédique, un traitement chirurgical est proposé pour stopper l’évolution de la déformation. La chirurgie classique dite «de fusion» consiste à redresser la colonne en réalisant une fusion vertébrale pour maintenir la correction: des tiges, des vis sont placées dans la partie incurvée de la colonne vertébrale, des micros fractures sont alors réalisées pour obtenir de petits fragments d’os. Ces derniers vont servir de greffe vertébrale et fusionner dans la bonne position (indiquée par les tiges). Cela réduit l’angle de déformation mais fige définitivement la colonne  interdisant toute souplesse aux enfants ou adolescents pour le reste de leur vie.
Le Vertebral Body Tethering, une solution plus souple grâce à une chirurgie mini invasive
Cette procédure nouvelle est courante au Canada et Etats Unis. Délicate chirurgicalement, elle est beaucoup moins invasive que la chirurgie de fusion puisqu’il n’y a pas d’ouverture du dos. 2 à 3 incisions dans le thorax permettent au chirurgien de placer les implants au niveau des vertèbres en s’ aidant des images captées par une caméra. Il met ensuite des vis dans les vertèbres et les relie par un câble en tension, constituant ainsi une sorte de corset interne.
«On réduit environ 1/3 de la courbure lors de la chirurgie. Puis la courbure se corrige au fur et à mesure de la croissance grâce à la tension du câble avec environ 10 degrés/an», s’ enthousiasme le Pr Vincent Cunin, chirurgien orthopédique à l’ hôpital Femme Mère Enfant-HCL. «Les suites opératoires sont bégnines par rapport la chirurgie de fusion : au lieu d’une semaine de morphine et d’un mois de repos à la maison, les enfants envisagent le retour à domicile dès le 2ème jour post-opératoire… quant aux petites cicatrices, elles sont invisibles au bout d’un an» poursuit-il. «Après plus de 20 interventions réalisées et 4 années de recul, j’estime que le VTB est une alternative vraiment séduisante et peu invasive. Elle corrige une scoliose en 3 à 4 années et permet aux adolescents de garder un dos souple ce qui est capital pour leur avenir d’adulte»

L’appel pour un dépistage dès 8 ans de la scoliose du Pr Vincent Cunin

«Je vois une centaine de nouveau cas pour scoliose chaque année et je suis souvent contrarié quand je constate que certains ont eu leur scoliose diagnostiquée trop tardivement. Le traitement par corset est alors moins efficace et le recours à la chirurgie plus fréquent. Le bon dépistage se fait à 8 ans et pas à l’adolescence comme on l’imagine ! Les parents peuvent très facilement tester le dos de leur petit en regardant cette vidéo. Un dépistage précoce permet le plus souvent d’éviter la chirurgie».
Le clip de dépistage ci-dessous a été réalisé par la Fondation Yves Cotrel

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.