Cancer : tester plus tôt les nouveaux traitements

Créée en février 2011, l’unité de recherche clinique (URC) d’hématologie offre aux patients un accès précoce aux thérapies innovantes. En remportant un appel d'offres de l'Institut national du cancer (Inca), le service d'hématologie a pu créer début 2011 une unité de recherche clinique (URC) reconnue centre labellisé Inca de phase précoce. Située au 4e étage aile Sud à l'hôtel-Dieu, elle comporte deux lits d'hospitalisation au sein du secteur conventionnel, un bureau médical ainsi qu'une salle technique avec paillasse, centrifugeuses et congélateurs.

Créée en février 2011, l’unité de recherche clinique (URC) d’hématologie offre aux patients un accès précoce aux thérapies innovantes. En remportant un appel d’offres de l’Institut national du cancer (Inca), le service d’hématologie a pu créer début 2011 une unité de recherche clinique (URC) reconnue centre labellisé Inca de phase précoce. Située au 4e étage aile Sud à l’hôtel-Dieu, elle comporte deux lits d’hospitalisation au sein du secteur conventionnel, un bureau médical ainsi qu’une salle technique avec paillasse, centrifugeuses et congélateurs.
«Nous recevons chaque jour, majoritairement en ambulatoire, quatre à cinq patients adultes et adolescents atteints d’une maladie hématologique, inclus dans les protocoles de recherche clinique, en particulier les essais de phases précoces I et II et les essais translationnels, explique le Pr Steven Le Gouill, responsable de l’unité. Ils sont recrutés parmi nos patients pour la plupart, mais peuvent venir de toute la France. Nous évaluons l’intérêt de molécules qui ne sont pas encore sur le marché, en mesurant leur efficacité, leur tolérance, leur mode d’action. Il s’agit de nouvelles chimiothérapies, ou de nouvelles combinaisons de chimiothérapies. La garantie du label Inca facilite le dialogue avec les industriels qui nous remettent plus tôt les nouvelles molécules. La recherche en hématologie progresse vite : ces dix dernières années, nous avons doublé l’espérance de vie des personnes atteintes de myélomes ou lymphomes».
Sous l’impulsion de ses médecins chercheurs et de son ingénieur chef de projet translationnel, en lien avec l’unité de recherche mixte Inserm U892, l’unité conçoit et réalise aussi ses propres essais. Ils sont promus par les acteurs industriels et académiques et réalisés en conformité avec la réglementation et les bonnes pratiques cliniques.

L’unité de recherche clinique en hématologie en chiffres

– nombre d’essais actuellement ouverts aux inclusions : 78 ;
– nombre de patients inclus dans des protocoles en 2009 : 184 ;
– nombre de patients inclus dans des protocoles en 2010 : 260
– nombre de patients actuellement en cours de traitement dans le cadre d’un protocole : 254 (plus une centaine de patients en «suivi après traitement») soit 354 patients au total.

L’unité dispose de personnels et de locaux dédiés à la réalisation des essais, de personnels formés à la recherche. Elle peut se prévaloir d’une solide expérience sur toutes les phases d’essais.
Pour mener à bien ses travaux, l’unité bénéficie du soutien du centre d’investigation clinique et de l’unité Inserm.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.