UPSAV : accompagner la personne âgée pour « bien vieillir  » à domicile

Le CHU de Limoges vient de lancer une Unité de Prévention, de Suivi et d'Analyse du Vieillissement (UPSAV). Cette démarche innovante vise à prévenir la rupture globale d'autonomie de la personne âgée et à évaluer l'impact sanitaire, social et économique des mesures de prévention. Initié en Haute-Vienne, le dispositif est généralisable au Limousin. L'UPSAV présente deux volets : un volet clinique (consultation), et un volet recherche (Geropass).

Le CHU de Limoges vient de lancer une Unité de Prévention, de Suivi et d’Analyse du Vieillissement (UPSAV). Cette démarche innovante vise à prévenir la rupture globale d’autonomie de la personne âgée et à évaluer l’impact sanitaire, social et économique des mesures de prévention. Initié en Haute-Vienne, le dispositif est généralisable au Limousin. L’UPSAV présente deux volets : un volet clinique (consultation), et un volet recherche (Geropass).

Sur simple appel de la personne âgée ou de son entourage (familial, médical ou social), un médecin gériatre et une infirmière coordonnatrice prennent rendez-vous pour un bilan d’autonomie au domicile même de la personne. L’UPSAV prévient alors le médecin traitant qui peut participer à cette consultation si la personne âgée le souhaite. Cet entretien permettra au binôme médical de faire un point sur la santé et l’environnement de vie de la personne, pour établir un bilan d’autonomie et définir les actions à conduire.

Concrètement, il s’agit d’élaborer un plan de prévention thérapeutique, d’hygiène de vie et d’actions sociales. Et, en fonction des besoins, de programmer la venue de nouveaux professionnels : ergothérapeute, psychologue, services d’aides à la personne… Ceux-ci pourront par exemple délivrer des conseils sur l’agencement du domicile afin de prévenir les chutes, sensibiliser le patient aux effets secondaires des médicaments… Tous les 6 mois, la personne âgée reverra le gériatre et l’infirmière coordonnatrice pour adapter les actions et les traitements thérapeutiques. L’UPSAV espère suivre 3 500 patients d’ici fin 20120

Geropass représentera le volet recherche de l’UPSAV.
Le programme en cours de validation par le conseil scientifique de la Délégation à la Recherche Clinique du CHU de Limoges satisfera aux exigences légales et règlementaires nationales. Geropass devra randomiser deux groupes de personnes âgées. L’un composé de patients suivis par l’UPSAV, bénéficiant donc de conseils et d’un suivi à domicile, l’autre de personnes âgées qui bénéficieront d’une évaluation gériatrique et d’une prise en charge habituelle réalisée par leur médecin traitant. 500 personnes participeront à ce projet de recherche qui devrait démarrer au cours du premier semestre 2010.

Unique en France, l’UPSAV est financée par la Mission Régionale de la Santé qui soutient cette action de santé publique menée en partenariat avec les structures sociales et médico-sociales de la région Limousin.

Conditions d’accès à l’UPSAV
– avoir plus de 75 ans, ou plus de 65 ans et être polypathologiques
– consultation gratuite
– prise de rendez-vous en appelant au 05 55 05 65 81

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.